Campagne de vaccination contre le Covid-19 : L’opposition et le gouvernement à l’unisson

Le ministère de la santé vient de marquer un gros coup dans la lutte contre la maladie à corona virus. Ce vendredi 21 janvier 2022, le Pr Charlemagne Ouédraogo a réussi à rallier l’opposition politique et son chef de file à sa deuxième campagne vaccinale. Eddie Komboïgo et les responsables des partis de l’opposition se sont fait administrer le vaccin contre le Covid-19 et appellent leurs militants à en faire autant.

La suite après cette publicité

C’est « un vendredi saint et béni », pour le ministère de la santé et de l’hygiène publique. Pour le lancement de sa deuxième campagne vaccinale, il ne pouvait pas espérer mieux que de faire adhérer l’opposition politique à cette campagne.

Après la tentative de juillet 2020 en guise de sensibilisation, le département conduit par Charlemagne Ouédraogo a réussi cette fois à vaincre les appréhensions de l’opposition et d’obtenir son quitus. Et pour y arriver, le patron du ministère en charge de la santé a dû s’égosiller tout de même pour rassurer ses interlocuteurs du jour. 

« Le Burkina a choisi le chemin de la vaccination, et je voudrais vous rassurer de l’innocuité de ces vaccins en dépit des fake news qui ont animé l’actualité et continuent d’animer l’actualité. On avait prédit le désastre après l’introduction de ces vaccins mais aujourd’hui avec le recul et avec plus de 1 200 000 personnes vaccinées, nous n’avons pas eu d’accident. Nous n’avons plus eu de manifestations post-vaccinales que ce que nous avons avec les vaccins classiques que nous utilisons pour nos enfants », a rassuré le Pr. Charlemagne Ouédraogo.

Le coronavirus continue de faire des victimes au Burkina. De l’avis du ministre de la santé et de l’hygiène publique, entre le 14 janvier et le 21 janvier 2022, 14 personnes sont décédées du Covid-19, soit une moyenne quotidienne de deux décès.

Et depuis le début du mois de janvier, 20 personnes ont été répertoriées comme étant mortes du Covid-19. Toutes ces victimes n’étaient pas vaccinées, d’après Charlemagne Ouédraogo qui rappelle que même si la vaccination contre le Covid-19 n’empêche pas de faire la maladie, elle évite de développer chez les patients une forme grave pouvant les amener à l’hôpital ou à mourir.

« La vaccination permet d’éviter les formes graves de covid. C’est pour cela qu’il y a un intérêt à faire la vaccination. La théorie de l’immunité collective ne s’applique plus. Et le fait d’avoir fait le covid une fois ne vous immunise pas pour vous protéger d’autres expositions. C’est important pour vous d’aller à la vaccination », insiste le professeur de médecine.

Pr. Charlemagne Ouédraogo: « Notre objectif est que l’opposition porte notre message de sensibilisation très haut et partout dans le Burkina afin que les populations puissent écouter et adhérer pour lutter contre les maladies en particulier le covid-19 »

Un discours auquel, le président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) et ses camarades de l’opposition ont été très réceptifs. En effet, séance tenante, les responsables de l’opposition, le chef de file en premier, se sont fait inoculer la première dose du vaccin Pfizer.

 « La maladie à Covid-19 a frappé le Burkina depuis 2 ans et cela a eu des conséquences pour notre économie et sur la vie des populations entraînant la vie chère, la fermeture des frontières, la restriction des transports. Tout ceci a eu pour conséquence la flambée des prix des produits de premières nécessités. Que faut-il faire pour retrouver des prix bas ? Si cela passe par la vaccination, l’opposition tout entière est d’accord. C’est pourquoi nous avons accepté accompagner le ministère de la santé dans cette campagne de vaccination. Mais nous disons qu’il faut que le ministère de la santé soit vigilant et que ces produits soient de bonne qualité et que ça n’entraîne pas des conséquences. Nous avons accepté faire ce vaccin, nous appelons les présidents des autres partis à mobiliser leurs militants pour qu’ils puissent accepter faire cette vaccination », s’est justifié Eddie Komboïgo après sa première dose du vaccin contre le Covid-19.

Nanti désormais d’un soutien de taille, Charlemagne Ouédraogo a exprimé sa reconnaissance à toute l’opposition pour son engagement au coté du ministère de la santé en faveur de la couverture sanitaire contre le Covid-19.

Pour cette deuxième campagne vaccinale, le gouvernement a placé la barre plus haute et vise un objectif de 70% de couverture d’ici décembre 2022.

Maxime Kaboré

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page