Newton Ahmed Barry : « Hommage au président Roch ! »

Ceci est la réaction de Newton Ahmed Barry à la suite de la chute du régime KABORÉ.

Diriger les Burkinabè est sans doute une des tâches les plus éreintantes et les plus ingrates aussi.

La suite après cette publicité

Il a fait ce qu’il a pu, avec l’intelligence qui était la sienne. Il aurait dû, comme il le présentait lui-même, démissionner depuis Solhan. Il n’a pas su ou pu s’affranchir des carcans intéressés qui l’emmuraient. L’aurait-il fait qu’il aurait permis que le régime s’oxygène (le MPP était neuf par sa création, mais vieux par ses gènes clonés depuis l’ODP/MT) et préserver à la fois nos institutions et notre démocratie chèrement acquise au prix du sang.

Sans présager de ce qui va suivre, il nous faut ensemble exorciser le signe indien de notre pouvoir suprême. Depuis Ouezzin Coulibaly, il y a comme une malédiction attachée à la haute fonction de l’Etat. Aucun de nos présidents n’a tranquillement conduit son mandat à son terme.
En attendant le compte n’est pas reluisant. Roch était le dixième président, en comptant à partir de Ouezzin. Lui aussi ne finira pas son mandat. Il ne passera pas le témoin au terme d’un mandat démocratique à un successeur normalement élu par les Burkinabè.

On peut, dans notre colère-frustration légitime l’accabler. Il faudra cependant, s’interroger sur ce qui ne va pas ? Pourquoi nous n’y arrivons pas ? Dix présidents, sur 60 ans environ, avec zéro réussite à passer démocratiquement le témoin, ça doit nous interroger ? Il est impossible d’imaginer qu’aucun des dix n’était bon ? C’est d’ailleurs le contraire, puisque deux d’entre-eux, au moins, sont élevés au panthéon de l’estime national ; Lamizana et Sankara.
Il arrive un moment où nous devons accepter nous regarder dans la glace.
La page de Roch est sans doute tournée. Ce n’est plus pour lui que nous disposons. Les actuels et ceux à venir ont du souci à se faire, si la « malédiction » n’est pas exorcisée.
Évitons surtout de nous river sur le rétroviseur. La première déclaration du MPSR a eu l’élégance de ne pas faire dans l’insulte et l’accablement du président qui est par terre. Faut-il y voir un signe ?
Dieu aide, ceux qui s’aident!
NAB

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Juste analyse à mon sens. Il y a lieu de s’interroger vraiment sur ce qui ne va pas. J’ai comme l’impression que nous sommes très sévères en vers les autres, intolérants et impatients au point de ne pouvoir avoir un bon chef. Par ailleurs, la démocratie en elle-même, telle qu’on nous la présente, ne constitue-t-elle pas un problème pour nous? Sommes- nous vraiment prêts à l’appliquer dans toutes sa rigueur en termes de faire valoir l’égalité, l’équité, la justice, les débats d’idées en lieu et place des combats de personnes, et surtout, l’application des règles de la bonne gouvernance? Pas de corruption, pas de gabegie, pas de favoritisme, pas de népotisme? Bon vent au partant, bien venus aux arrivants, vive le Burkina Faso. Que dieu nous bénisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page