Guinée-Bissau: «La situation est sous contrôle après la tentative de coup d’Etat», selon le président Embalo

Guinée-Bissau – « La situation est sous contrôle », a indiqué le président Embalo ce mardi 1er Février soir à la presse après une journée a rebondissement marquée par des tirs dans le centre-ville près des institutions du pays. A la panique générale, a succédé l’information faisant état d’une « tentative de coup d’État » plutard condamnée par la Cédéao. L’agence de presse Lusa dans ses colonnes a fait savoir que c’est aux environs 17h20 (heure locale) que les militaires après avoir pénétré au sein d’un palais du gouvernement ont procédé à la libération des membres du gouvernement.

La suite après cette publicité

La nouvelle de l’évincement du président Embalo s’était répandue avant qu’il ne se présente quasi-miraculeusement devant la presse ce mardi 1er Février 2022. Le Président Umaro Sissoco Embalo était entouré de son Premier ministre, du vice-Premier ministre et du ministre de la Justice. Il a remercié les forces de défense et de sécurité du pays d’avoir fait barrage au coup d’État.

Sans en désigner les auteurs, le Président Bissau-Guinéen a fait savoir qu’il s’est agi d’« un acte préparé et organisé », suscité par ses « décisions (qu’il a) prises, notamment la lutte contre le narcotrafic et la corruption. »

Avant son apparition à la télé, le président resté coincé avec les membres du gouvernement dans le palais du gouvernement, un grand centre administratif bâti en périphérie de la capitale, non loin de l’aéroport, théâtre pendant plusieurs heures d’échanges de tirs nourris. Umaro Sissoco Embalo s’y trouvait en début d’après-midi, réuni en Conseil de ministres extraordinaire avec son Premier ministre Nuno Gomes Nabiam et le reste du gouvernement. C’est à ce moment que des militaires avaient encerclé les lieux. La séance a été interrompue par des hommes en armes aux motivations encore méconnues, selon les témoignages recueillis par RFI. Le chef de l’État avait été exfiltré du palais du gouvernement et il a été conduit au palais présidentiel.

La Cédéao, l’Union Africaine et les Nations unies ont déjà  condamné une « tentative de coup d’État »…

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page