Le syndicat autonome des infirmiers (ères) du Burkina (SAIB) en conclave

Le syndicat autonome des infirmiers (ères) du Burkina (SAIB) a tenu son 8ème congrès ordinaire ce samedi 5 janvier 2022 à Ouagadougou sous le thème « Rôle et place de l’infirmier (-ère) dans le système de santé et devenir de la profession infirmière ».

La suite après cette publicité

Le syndicat autonome des infirmiers et infirmières du Burkina Faso veut être situé sur leur situation particulière adoptée en avril 2021, au cours de leur 8ème congrès ordinaire et examiner des textes à adopter. 

Le congrès s’articule sur le thème central « rôle et place de l’infirmier (ère) dans le système de santé et devenir de la profession infirmière ».

Pour Pascal Ouédraogo, le porte-parole du syndicat, le thème est d’actualité avec la transformation des CSPS des communes en CM qui va reconfigurer le système de santé sur le plan ressources humaines.  

« C’est important que l’infirmier puisse savoir quel est son rôle et quelle est la place qui lui revient. C’est pour éviter les conflits de compétences sur le terrain qui sont inutiles, qui n’apportent rien dans la cohésion de l’équipe et qui n’apportent rien aussi dans l’objectif principal de tous qui est d’apporter des soins de qualité à la population », explique-t-il. 

La catégorisation qui fruste le syndicat

Le porte-parole du syndicat laisse entendre que les questions de carrières sont des questions qui font partie de la motivation du personnel. 

« Depuis des années, au niveau du ministère de la santé on recrute un infirmier diplômé d’Etat qui sort et on le reclasse à la fonction publique en B1, et les autres ministères en B1. Le problème c’est l’évolution de B1 et la suite sur le plan carrière. Au niveau de la santé, nous on quitte B1, on fait un concours professionnel, on fait 2 ans de formation, on nous reclasse en A2.

Alors que les autres, ils quittent B1, ils font 2 ans de formations, on les reclasse en A1. Il y a une injustice. Nous avons passé tout le temps à combattre cette injustice ; le ministère et le gouvernement avaient entrepris de relire les statuts particuliers pour prendre en compte cette préoccupation. Ils l’ont fait mais quant aux contenus, ça ne nous satisfait pas mais comme c’est un texte, c’est une loi, nous allons demander l’application de ça », dit-il. 

Un début de correction du statut particulier adopté

Le statut particulier a été adopté en avril 2021, le syndicat selon son secrétaire général affirme qu’il attend depuis l’adoption de ce statut un concours professionnel en 2021 même si les examens sont prévus afin de permettre un début de correction de « cette injustice ». 

« Jusqu’à présent, le ministère n’a pas donné un signe concret qui puisse nous permettre de voir une lueur d’espoir. Ils disent qu’ils sont là-dessus mais nous les interpellons  pour qu’ils puissent accélérer les choses pour qu’on puisse voir un début de solutionnement ». 

  Ce qui est prévu dans le statut

Le ministère a prévu un examen professionnel de 9 mois de formation pour les infirmiers d’Etat qui sont en B1 pour les reclasser en A3 comme les niveaux licence. Les attachés de santé dans le niveau statut, il est prévu de recruter les ingénieurs de soins qui seront reclassés en A1. Pour corriger et rattraper l’insuffisance avec les attachés de santé  qui étaient en A2, un examen professionnel a été prévu avec 9 mois de formation pour leur reclassement en A1.

Mais le syndicat affirme qu’il souhaite leur reclassement direct car dit-il, « c’est une injustice. Les autres quittent B1, ils font 2 ans de formations, ils sont en A1 », conclut Pascal Ouédraogo.

Pour Siguiré Salif, le représentant du ministère de la santé, participer à ce congrès est une dynamique qu’ils ont instaurée au niveau du département pour permettre  d’assoir un dialogue franc avec l’ensemble des partenaires sociaux du ministère pour discuter ensemble de tous les maux de leur système et trouver ensemble les meilleures solutions qui puissent permettre à l’ensemble des travailleurs de mieux rendre le service public.  

Lors de ce congrès, le syndicat compte faire des recommandations afin de trouver des solutions à leur préoccupation. 

Saly Ouattara

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page