Maladies invalidantes : ASMAE veut dépister 450 personnes à Ouaga

L’ONG ASMAE dans le cadre des activités de la deuxième phase de son projet ‘’Grandir Ensemble II’’ a organisé ce mercredi 23 février 2022, une séance d’intervention précoce au profit des populations de l’arrondissement 5, notamment des enfants et des personnes âgées (parents), afin de les sensibiliser sur les maladies potentiellement invalidantes. Il s’agit des handicaps visuel et auditif, et des handicaps liés aux troubles mentaux. Objectif, prévenir ces maux pour qu’ils n’empiètent pas sur l’avenir des enfants.   

La suite après cette publicité

Les enfants de 0 à 6 ans constituent le cœur de cible de cette séance d’intervention précoce qu’organise ASMAE. Cependant les personnes âgées (parents) peuvent en bénéficier également.

A travers cette campagne, l’ONG qui œuvre pour une éducation inclusive vise à sensibiliser les populations de l’arrondissement 5 sur les causes et les moyens de prévention du handicap ainsi qu’aux services de santé, d’éducation et de protection des enfants. Ce, pour promouvoir une meilleure insertion sociale des enfants et identifier les enfants à risques de handicap.

Vanessa Konaté, représentante pays de l’ONG ASMAE

Par l’intervention précoce, ASMAE veut agir et être près de l’enfant pour s’assurer de son développement comme l’explique la représentante pays de l’ONG, Vanessa Konaté.

« Quand l’enfant est entre 0 et 3 ans, on a la capacité de voir s’il se développe correctement ; s’il parle correctement ; s’il marche correctement ; s’il interagit avec son environnement selon son âge. Plus, on va intervenir tôt pour détecter une maladie ou un retard qui s’installe, plus on sera à même d’accompagner l’enfant afin qu’il puisse aller à l’école, apprendre avec les autres enfants pour ne pas finalement qu’il se retrouve handicapé et mis à part », a-t-elle indiqué.

Une société inclusive

Bâtir une société inclusive, une société où tous les enfants et tous les adultes ont une place, telle est la vocation de l’ONG ASMAE, selon sa première responsable.

« Donc, on va cibler différents types de handicaps à savoir le handicap visuel, le handicap auditif, le handicap lié aux troubles mentaux et aussi les troubles liés aux comportements. Tout le monde est concerné. Les enfants de 0 à 6 ans c’est notre cible prioritaire mais nous allons aussi dépister les parents », a-t-elle précisé.

Vanessa Konaté a informé qu’il est prévu également pendant cette campagne, des séances d’identification où les enfants seront en contact des professionnels de santé, de l’action sociale qui pourront identifier les enfants vivant avec ces anomalies qui peuvent compromettre leur avenir.

« Le but, c’est de prévenir avant que le handicap ne s’installe pas. Pour les enfants qui sont déjà en situation de handicap, il s’agira pour nous de les identifier afin de mettre en place un accompagnement pour qu’ils puissent accéder à l’école et que les parents puissent aussi connaître les structures les plus à même d’accompagner ces enfants », a-t-elle révélé.

ASMAE compte dépister environ 450 personnes lors de cette campagne. Il est prévu quatre campagnes de ce genre par an à travers les 12 arrondissements de la capitale burkinabè.

Willy SAGBE 

Burkina24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page