Burkina Faso : La transition durera 36 mois avec 25 ministères et 71 députés

Les travaux des assises nationales des textes de la charte constitutionnelle de la transition ont livré leurs conclusions aux environs de 2h du matin ce mardi 1er mars 2022 à Ouagadougou. Désormais, le Burkina Faso dispose d’une transition de 36 mois avec à sa tête le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

La suite après cette publicité

Annoncée pour le lundi 28 février 2022 à 19h, la cérémonie de clôture des Assises nationales sur l’examen des textes et la signature de la Charte de la Transition s’est tenue le mardi 1er mars 2022 aux environs de 2 heures du matin.

En effet, quatre points étaient au cœur des échanges à savoir, l’adoption de la charte de la transition, l’agenda, la charte des valeurs et enfin la désignation du président de la transition et la signature de la charte.

Les points d’achoppement avec les 350 participants étaient, entre autres, inéligibilité des membres des différents organes de la transition, la gratuité des mandats, la composition des différents organes de la transition.

A l’issue des discussions, les mandats ne seront pas gratuits mais doivent respecter une certaine sobriété.

Également, 36 mois est la durée de la transition, 25 ministères et 71 membres doivent constituer les autorités législatives de la transition avec 45 jours pour les différentes sessions.

A la suite de l’adoption de la charte de la transition, des participants se sont prononcés. Adama Tiendrébéogo dit Colonel, acteur de la société civile, est satisfait des conclusions des assises nationales de la transition.

Lire également 👉 Lieutenant-colonel Évrard Somda : « Ces milliers de personnes déplacées fondent leur espoir dans notre œuvre »

Eddie Komboïgo, acteur politique, a fait savoir que ce sont les militaires qui estiment qu’ils leur faut ce temps pour ramener la paix, stabiliser le pays, récupérer les territoires, réinsérer les populations dans leur localité avant qu’on passe à un ordre constitutionnel normal.

« Comme c’est technique, nous ne sommes pas des spécialistes de la défense. Nous espérons que cela ne vas pas créer des heurts avec nos partenaires. Et ce serait bons que les autorités s’approchent de nos amis (ndlr: CEDEAO) pour qu’ensemble ils puissent avoir  un accompagnement sans heurts« , a laissé entendre. Il  a précisé qu’il ne souhaite pas que le Burkina Faso soit sanctionné comme dans d’autres pays.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba sera investi le mercredi 2 mars 2022 comme président du Faso et président de la transition pour une durée donc de 36 mois.

Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page