Littérature : « Ils ont tous échoué », le 2e ouvrage d’Issa Sawadogo

Après son premier essai paru en 2018, Issa Sawadogo a dédicacé son deuxième ouvrage de même nature ce samedi 5 mars 2022 à Ouagadougou. L’œuvre est intitulée : « Ils ont tous échoué », un écrit d’actualité qui revient sur les tares de la société burkinabè actuelle en particulier, de l’Afrique en général. 

La suite après cette publicité

« Ils ont tous échoué », c’est un essai de 106 pages à travers lequel l’auteur revient sur les maux qui caractérisent la société burkinabè actuelle et le regard silencieux des intellectuels à qui il attribue aussi cet échec. L’auteur rebondit également sur la question de la démocratie au Burkina Faso.

En effet, l’écrivain propose à l’État burkinabè de renforcer sa démocratie en réduisant les dépenses liées à l’organisation des élections dans le pays. Il faut dire que l’auteur a été recalé en 2020 alors qu’il voulait se représenter à la présidentielle.

Il n’avait pas pu remplir toutes les exigences requises pour être candidat. Notamment l’épineuse question des 25 millions de francs CFA de la caution et aussi la problématique liée aux parrainages.

La démocratie à la Burkinabè…

« La démocratie à la Burkinabè consiste d’abord à une élection à zéro franc pour les politiciens », peut-on lire à la 72e page de l’ouvrage. L’auteur dans son essai littéraire souhaite une participation de tous les citoyens quelles que soient leurs appartenances sociales à toutes les échéances électorales.

Issa Sawadogo a expliqué que cet échec dont fait cas son essai concerne toute la classe sociale, à savoir les politiques, les religieux et les coutumiers, les intellectuels et la justice. Faisant allusion à la situation actuelle du pays, l’auteur affirme que c’est cet échec qui en est à la base de tout ce que le Burkina Faso traverse aujourd’hui.

« C’est la raison pour laquelle, j’ai intitulé ça (ndlr le livre) ‘’Ils ont tous échoué’’. Il y a la justice qui est aussi là, mais il y a des gens quand même qui ne sont pas dedans. Mais ceux qui ont échoué, ce sont eux qui nous ont conduits dans cette situation », a-t-il glosé.

Selon l’auteur, les maux qui minent la société burkinabè constituent sa principale source de motivation. Il soutient que tant que la démocratie ne sera pas bien appliquée au Burkina Faso et en Afrique, son inspiration ne tarira pas. « Mon inspiration s’arrêtera lorsque le Burkina Faso, l’Afrique vont être un bon exemple de démocratie, de bonne gouvernance pour le monde. Là en ce moment, je n’aurais plus d’inspiration. Mais tant que la société sera ainsi, la gouvernance reste telle, je serai toujours inspiré », a-t-il laissé entendre.

Que le riche sache qu’il est riche parce qu’il y a un pauvre

Et ce, avise-t-il, jusqu’à ce que l’on ne parlera plus de ‘’différence et que le Burkina Faso appartient à tout le monde’’ : Peuls, Mossi, Dioula et ainsi de suite. « Que le riche sache qu’il est riche parce qu’il y a un pauvre qui mérite respect et considération. Quand tout ça va finir, je n’aurai plus d’inspiration », a-t-il soutenu.

Dans son ouvrage, l’auteur évoque aussi le social. Il revient sur l’histoire d’un déplacé interne et d’un soldat qui meurt au front, un aller sans retour et ainsi laissant sa famille dans le désarroi.

Dr Dramane Konaté, parrain du livre a, pour sa part, souligné que ce livre traite de l’actualité burkinabè et africaine. « Ils ont échoué », argumente-t-il, c’est une interpellation, c’est un sujet interpellateur. « Les juristes, les politiciens, les coutumiers, tout le monde est interpellé. Mais l’échec dont il parle, ce n’est pas fatal. On peut travailler sur les conseils qu’il a donnés pour enrailler un certain nombre de maux », a-t-il ajouté.

De son côté, Hubert Bazié, le préfacier du livre, admet que les gens qui liront ce livre comprendront que l’auteur a vu juste et a fait œuvre de dévotion. Il indique que cet ouvrage a tracé tout le schéma de l’actualité du Burkina Faso. A l’endroit des écrivains burkinabè, il appelle à réinventer l’écriture afin qu’elle soit adaptée aux modes de vie des sociétés.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page