« Stop VBG » : ONIDS déploie ses messagers et ses sentinelles sur le terrain

L’Organisation pour de Nouvelles Initiatives en Développement et Santé au Burkina Faso (ONIDS) lance une riposte contre la dégradation des droits en santé sexuelle et reproductive (DSSR) des adolescents et jeunes en urgence humanitaire ». Les actions se déroulent au centre-Est et à l’Est avec le soutien de Amplifychange : sensibilisation, référencement, plaidoyer pour la réduction de la discrimination et de la stigmatisation liée aux Droits sexuels et à la santé de la reproduction des groupes vulnérables que sont les adolescents et les jeunes qui vivent dans des localités fortement éprouvées par le péril sécuritaire, c’est le quotidien des animateurs qui vont chaque matin au contact des populations. La Direction Exécutive de ONIDS s’est rendue sur le terrain pour les encourager et faire avec eux un bilan d’étape de la mise en œuvre de ce projet.

La suite après cette publicité

Un jour de marché à Lilougou. Le temps d’une heure, commerçantes et acheteurs semblent avoir oublié leurs étals. Tous ont l’oreille attentive sur les drames de violences basées sur le genre, les VBG. Une femme suit les animations avec une attention particulière. Pour la première fois, elle découvre qu’il y a une loi qui sanctionne les auteurs de violences et que les femmes ont désormais un moyen pour faire prévaloir leurs droits. Elle découvre des réponses à des questions qu’elle se pose depuis des années.

Il y a cinq ans, un jour de marché, sa fille est interceptée sur la route et violée, par des inconnus qui se sont vite volatilisés. Et de cette agression sexuelle, est né un enfant, un enfant qui ne fait pas sourire sa mère. Il a le visage de l’agresseur et évoque le traumatisme du sale quart d’heure qu’elle a vécu un certain soir. Du coup, la fille ne veut pas voir son enfant et c’est la grand-mère qui se charge d’élever le petit fils. Maintenant, elle comprend que le droit permet à une femme violée de ne pas garder l’enfant qu’elle n’a pas désiré et que désormais d’autres victimes n’auront pas à connaître, en toute impunité le sort de sa fille et de son petit-fils, une fleur du mal à ses yeux quelle s’emploie à soigner, en espérant qu’un jour, sa femme puisse dépasser le traumatisme pour enfin sourire au fruit de ses entrailles.

Voilà donc un cas qui nécessite une prise en charge psychologique de la fille et la directrice exécutive, madame Clémentine TARNAGDA / KOUSSOUHO en a pris bonne note. C’est du reste un des volets d’intervention du projet qui prévoit un référencement aux structures compétentes des cas de VBG ainsi qu’une prise en charge, médicale, judiciaire et psychologique des victimes. De Oueguedo, Kampoaga  Gontenga, Bouantega, Tansobintenga, Silmiougou-Yarcé et à Fada, la directrice exécutive de ONIDS va trouver la même ambiance et la même passion de faire passer le message de la campagne sur les VBG. Dans tous les villages où elle passe, le même constat est fait : les sensibilisations suscitent beaucoup d’intérêt.

L’engagement des communautés est particulièrement manifeste et Mme KOUSSOUHO a pu le contester durant son périple. A Louanga et Koulwoko, des responsables coutumiers ouvrent leurs portes pour accueillir les causeries-débats. Mieux, dans le centre-Est, un chef Koglweogo est membre des clubs VBG mis en place pour assurer la veille sur le phénomène des violences basées sur le genre. L’initiative locale de sécurité s’était déjà illustrée par son engagement sur les violences faites aux femmes mais les mesures de rétorsion que l’organisation imposait aux jeunes fautifs de viols collectifs suscitaient certaines réprobations au sein de la collectivité. Pour la communauté, le rôle du Koglweogo devait se limiter à la répression des voleurs et des grands bandits qui écument la zone. Avec la diffusion de la loi sur les VBG et des sensibilisations des communautés dans le cadre du projet ONIDS, les populations adhèrent sans réserve au mot d’ordre de tolérance zéro contre les VBG.

Madame KOUSSOUHO a noté par endroit des insuffisances dans les messages livrés aux populations. En cas de viol, il est dit qu’il faut se rendre dans les meilleurs délais dans les centres de santé. Dans leurs animations, certaines précisions importantes manquaient au message  délivré à l’assistance : les centres de santé doivent être saisis dans les 72 heures. Par ailleurs, la Directrice exécutive de ONIDS a constaté que beaucoup d’animateurs parlent d’inceste, sans préciser que la loi circonscrit cette dérive dans le cadre d’un lien direct père-fille ou frère-sœur et exclut les cas de relation oncle-nièce. La mission a ainsi permis de recadrer certains animateurs et de relever la qualité des animations.

Cette mission de suivi et de supervision devait permettre de s’assurer que les animations se déroulent comme prévues, que les connaissances des communautés sur les droits des femmes et des filles sont renforcées, que la veille, l’alerte de cas de VBG sont actives, que des témoignages significatifs sont compilés et que des victimes sont identifiées pour permettre une prise en charge médicale, judiciaire et psychologique des survivants de violence.

Globalement, les projets s’exécutent avec beaucoup de bonheur malgré quelques difficultés sérieuses enregistrées sur le terrain. C’est le cas par exemple de l’Est où l’isolement de certains villages du fait de l’insécurité ne permet pas une remontée à temps de certaines fiches d’animation pour permettre une capitalisation à temps des résultats du projet.

Correspondance particulière

Pour Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page