Burkina : « C’est le pouvoir déchu qui veut en découdre avec les autorités de la transition » (Mohamed Ilboudo de l’ONI-TR)

Les femmes en blanc pour le retour des enfants à la maison de l’Observatoire National Indépendant pour une Transition Réussie (ONI-TR), un réseau d’organisation de la société civile, s’offusque contre les attaques contre la transition. L’OSC était face à la presse ce samedi 02 juillet 2022 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

« On ne peut pas comprendre que pour des questions de sécurité, qui nous incombent tous, où nous devons faire face à l’ennemi, pendant ce temps, des gens pensent qu’on devrait les consulter d’abord avant de prendre certaines décisions. Nous, nous ne sommes pas d’accord parce que le président DAMIBA a pris le pouvoir pour des raisons sécuritaires et il a décidé de mettre de côté les politiciens.

Il ne s’agit pas de faire la politique, les militaires veulent seulement qu’on les accompagne, ils vont assainir le terrain pour revenir à la constitution et laisser les acteurs politiques faire ce qu’ils savent faire. Car ils ne savent que diviser les gens. C’est eux qui ont mis notre pays dans cette situation« , a laissé entendre Mohamed Ilboudo, membre du collectif.

Le collectif met en garde les auteurs de la critique facile contre la transition. « Sans dénier qui que ce soit sur le droit d’opiner sur tous les sujets, l’ONI-TR s’offusque devant la mauvaise foi évidente de tous ceux qui exigent ici et maintenant à la Transition la victoire sur les terroristes alors que six années durant, le pouvoir précédent dont nombre d’entre eux étaient des suppôts, n’a pas réussi à montrer ne serait-ce que des prémices de victoires. Ce sont ces six années d’errance irresponsable et non les cinq mois de la Transition, qui ont conduit notre pays au bord du gouffre dans lequel nous risquons de basculer si nous n’y prenons garde« , dit-il.

De la même manière, l’ONI-TR fustige sans réserve le « zèle excessif, manifestement téléguidé et tarifé de ces nouveaux stratèges » en lutte contre le terrorisme qui prétendent vouloir imposer un schéma venu d’ailleurs et qui est loin d’y avoir fait les preuves de son efficacité.

« Fort heureusement, battus dans le débat public malgré leurs penchants violents, ils ont été réduits en de petits groupuscules extrémistes fascisants sans aucune capacité de mobilisation. Pour ce qui nous concerne, nos organisations font siens les propos du Chef de l’Etat Paul-Henri Sandaogo DAMIBA selon lesquels la sécurisation de notre pays nous incombe à nous-mêmes d’abord« , a lancé Mohamed Ilboudo.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page