Côte d’Ivoire : Le porte-parole du gouvernement réagit sur la situation au Mali

Côte d’Ivoire – Le porte-parole du gouvernement, ministre de la communication, Amadou Coulibaly, a annoncé à l’issue du Conseil des ministres ce 13 juillet 2022, la sortie prochaine des avocats de l’Etat ivoirien dans le cadre de l’affaire qui l’oppose aux autorités de la Transition malienne. 24 heures plutôt, un conseil national de sécurité s’était tenu ce mardi 12 Juillet 2022 à Abidjan, la capitale économique, en présence du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. A l’issue de cette importante assise exclusivement consacrée à l’arrestation, le dimanche 10 Juillet 2022, d’une cinquantaine de soldats ivoiriens à l’aéroport international Modibo Kéita de Bamako au Mali, le CNS a appelé les populations au « calme » et à la « retenue ».

La suite après cette publicité

Dans son communiqué final, le Conseil a dit appeler « les populations au calme et à la retenue et assure que toutes les dispositions sont en cours pour obtenir la libération rapide de nos braves et vaillants soldats », a-t-il indiqué.

Le CNS a insisté sur la culture de la paix prônée par la Côte d’Ivoire et ses autorités tout en réfutant tout projet de déstabilisation d’un pays tiers.

Il informe l’opinion nationale et internationale que les autorités ivoiriennes continueront d’œuvrer pour le maintien du climat de paix et de fraternité qui a toujours prévalu entre la Côte d’Ivoire et le Mali.

Malgré la contradiction portée par la Minusma, le gouvernement ivoirien continue de soutenir que ces militaires ivoiriens sont régulièrement inscrits dans l’effectif de l’Armée ivoirienne et se trouvaient au Mali, dans le cadre des opérations des Éléments Nationaux de Soutien (NSE).

Ce mercredi 13 Juillet 2022, au sortir du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement ivoirien Amadou Coulibaly a indiqué que « la défense tiendra très certainement un point de presse cet après-midi mais le seul commentaire que je peux émettre, c’est que ceux qui sont au pouvoir au Mali sont des militaires, dont certains sont des forces spéciales, ils savent comment on renverse un régime. Ils ne sont pas des touristes qui arrivent dans un aéroport, qui rassemblent leur passeport pour aller remplir des formalités de police. »

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page