Ici Au Faso | « Ma thèse en 180 secondes » : Martin Sawadogo défendra le drapeau du Burkina au Canada

Martin Sawadogo est le lauréat du jeu concours de la 4e édition de la finale nationale du concours « Ma thèse en 180 secondes » organisé par l’Agence Universitaire  de la Francophonie (AUF). Il défendra les couleurs du « pays des hommes intègres » à Montréal au Canada. 

La suite après cette publicité

Lauréat du 1er Prix du jury à la 4e édition de la finale nationale du concours de ‘’Ma Thèse en 180 secondes’’, Martin Sawadogo, doctorant en Droit à l’Université Thomas SANKARA, inscrit le nom de son université pour la première fois sur le tableau des lauréats de ce concours. 

Comme tous les autres candidats à cette édition, Martin SAWADOGO s’est prêté au défi de présenter sa thèse de doctorat en 180 secondes. Défi qu’il a su relever brillamment puisqu’il a été désigné vainqueur du premier prix du jury .

40 candidats au départ, tous docteurs et doctorants, venus des universités du Burkina comme l’université Thomas Sankara, 2IE, Nazi Boni… Au nombre de 10, les finalistes ont présenté leur projet en 180s. 

Martin Sawadogo affirme que sa thèse de 300 pages porte sur le régime juridique de la convention de maitrise de l’ouvrage public délégué au Burkina Faso et au Sénégal. 

Martin Sawadogo
Martin Sawadogo

« Je pars d’un constat que dans nos Etats en développement notamment au Sénégal et au Burkina, les populations ont des besoins extrêmement importants en matière d’infrastructures, d’écoles, d’hôpitaux et de routes. L’Etat n’ayant pas souvent l’expertise pour réaliser ces infrastructures, recrute un maitre d’ouvrage délégué. 

C’est une personne qui est chargée de recruter les entrepreneurs et de veiller à la bonne réalisation des ouvrages. Le problème, c’est qu’en procédant par cette voie, on constate que les ouvrages qui sont construits grâce au recours d’un maitre d’ouvrage sont souvent de très mauvaise qualité et également  dépensent des milliards pour réaliser ces infrastructures.

L’Etat recrute ce maitre d’ouvrage à travers un contrat. Moi, ma thèse porte sur ce contrat. Elle vise justement à montrer les imperfections qui sont liées à ce contrat et à proposer des solutions juridiques pour que nous puissions avoir des bonnes infrastructures », confie-t-il. 

Lire aussi 👉🏿 Hôtel administratif du Centre : Un géant aux pieds d’argile !

Premier prix du jury de cette 4e édition, Martin Sawadogo reçoit un  trophée et la somme d’un million de Francs CFA. En plus de ce montant, beaucoup d’opportunités s’offrent à lui comme défendre les couleurs du Burkina Faso au Canada à Montréal. 

« Au-delà d’avoir un million de francs CFA et de faire connaitre les travaux, il y a plusieurs opportunités. La première opportunité c’est de pouvoir aller à Montréal au Canada pour représenter le Burkina Faso, c’est une fierté de pouvoir défendre les couleurs de notre beau pays qui traverse des moments difficiles en ce moment.

La deuxième opportunité, ça permet un réseautage avec d’autres chercheurs de différentes disciplines de par le monde entier. En plus de ça, on bénéficie de formation de l’Agence Universitaire  de la Francophonie (AUF) et de ses partenaires en terme de vulgarisation scientifique et de renforcer mes compétences en prise de parole en public », dit-il. 

C’est la 4e édition de la finale nationale de ce concours. A sa connaissance, dit-il, c’est la toute première fois qu’un doctorant en droit est sacré Champion national du concours MT en 180 secondes. C’est aussi la première fois pour l’Université Thomas SANKARA de voir un de ses doctorants remporter ce premier prix.

Il faut noter que « Ma thèse en 180s » est un concours international, organisé par l’AUF qui regroupe les meilleurs doctorants et les docteurs de plusieurs pays dont la finale va se dérouler à Montréal au Canada. La finale nationale s’est tenue le 30 juin 2022 à Bobo – Dioulasso.  

Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page