Tribune | « Roch Marc Christian Kaboré : Le bouc émissaire tout trouvé ! »

Ceci est une tribune de Karim Ouattara, Secrétaire Exécutif du Mouvement de la Patrie  pour la Cohésion des Burkinabè (MPCB), sur l’actualité nationale.

Les acteurs du coup d’Etat intervenu au Burkina Faso le 24 janvier 2022 ont justifié ce changement violent par une insuffisance criarde dans la lutte contre le terrorisme. Partant de ce constat, ils ont promis aux populations la restauration de l’intégralité du territoire national. Éprouvées par les conséquences d’une crise sécuritaire difficile depuis quelques années, les populations ont pris acte de ce coup de force en prenant aux mots les initiateurs qui ont affirmé de résoudre de façon efficiente la question du terrorisme.

La suite après cette publicité

Plus de cinq mois après l’avènement des nouvelles autorités, le MPSR, le constat objectif qui puisse être fait est la dégradation continue de la situation sécuritaire. La région du sahel est en passe d’être coupée du territoire. La pression terroriste se fait sentir désormais sur toutes les régions. Le nombre de personnes déplacées internes (PDI) a considérablement accru. Il est même annoncé par certains analystes que l’autorité ne contrôle plus 50 % du territoire national. 

Il est bien évident que la situation s’enlise davantage. Et devant une catastrophe pareille, aucun Burkinabè ne peut se réjouir de l’état actuel du pays. C’est l’existence du pays même qui est en danger.

Cependant, cette situation ne semble pas inquiétée en premier lieu les « hommes forts » depuis le 24 janvier. Les nouvelles autorités se sont lancées dans un processus tous azimuts de réconciliation nationale, oubliant que leur discours de prise de pouvoir était principalement axé sur le rétablissement de la sécurité. Tant bien que mal, l’autorité mène une réconciliation élitiste sur une sonorité de remise en cause de décisions de justice.

S’il est vrai que la réconciliation est une affaire de tous, toutefois il n’est pas propice de l’imposer par la force aux Burkinabè. Ce qui nous amène à battre en brèche les propos de certaines officines qui tirent à boulets rouges sur l’ex Président Roch Marc Christian Kaboré pour sa non-participation au sommet des chefs d’Etat du 8 juillet 2022 à Kossyam pour la cause avancée.

À notre sens, l’urgence n’est pas d’incriminer une personne qui n’est plus aux commandes du pays depuis le 24 janvier.

L’urgence est de savoir si les nouvelles autorités sont en phases avec la cause essentielle qui a justifié la prise du pouvoir, c’est-à-dire reconquérir le territoire national. À suivre de près les réalités du moment, il est certain que les nouvelles autorités éprouvent de la peine à trouver une solution efficace à la situation sécuritaire.

Qu’on se le dise, le dialogue est une action primordiale dont ne peuvent faire fi les filles et les fils de ce pays. Toutefois, il doit être sincère, dénudé de tout calcul politicien et pour l’intérêt supérieur de la nation.

Karim OUATTARA

Secrétaire Exécutif du Mouvement de la Patrie  pour la Cohésion des Burkinabè (MPCB)

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page