Ici Au Faso : Wilson Alex Sewa, le Togolais qui rend belles les femmes à Ouaga

Passionné de la coiffure, particulièrement la coiffure féminine, Wilson Alex Sewa, un jeune d’origine togolaise vivant au Burkina Faso et devenu Burkinabè par alliance, a su se surpasser des moqueries de ses amis pour enfin vivre pleinement de sa passion aujourd’hui. Burkina24 vous permet de découvrir « l’homme » qui rend belles les femmes dans son institut de beauté « Alex Fashion Coiffure ».  

La suite après cette publicité

Wilson Alex Sewa est un jeune togolais survolant un peu la vingtaine. C’est un coiffeur professionnel qui ne coiffe que les femmes. Mais bien avant de se rabattre dans le domaine de la coiffure féminine, Alex Sewa fut un vendeur de chaussures des femmes dans son pays natal, le Togo. Il avait des clients au Burkina à qui il livrait des chaussures.

Plus tard, il laisse tomber son petit commerce de chaussures. Ce, parce que  vu que le marché de chaussures ne répondait pas vraiment comme il souhaitait. Il va ainsi se lancer dans la coiffure et plus particulièrement la coiffure féminine. Une de ses passions, nous relate-t-il en révélant qu’il tenait vraiment à entreprendre et à gagner sa vie avec ses dix doigts.

« Au début, je vendais des chaussures des femmes. Mais à un certain moment, je me suis dit pourquoi ne pas faire quelque chose d’autre avec mes doigts. C’est là que j’ai décidé de faire la coiffure », témoigne-t-il.

J’ai perdu tous mes amis

Alex nous fait savoir que le fait d’avoir déjà vendu des articles féminins lui a permis de se constituer un important carnet d’adresse dans son pays comme au Burkina. C’est pour cela d’ailleurs qu’il optera pour la coiffure féminine.

Ainsi, il va vite s’inscrire dans une école de formation en coiffure féminine. Au bout de trois ans, il finira sa formation et deviendra coiffeur professionnel. Aussitôt, il aura la chance d’être recruté dans un grand salon de coiffure dans son pays où il y travaillera pendant un an, histoire d’aiguiser son savoir-faire.

Le jeune coiffeur atteste que sa conversion dans ce métier n’a été facile. La plupart de ses amis lui ont tourné le dos. Ces derniers ne digéraient pas le fait que leur camarade ait choisi la coiffure féminine comme métier.

Wilson Alex Sewa, coiffeur

Mais son mentor qui, lui aussi s’est spécialisé dans la coiffure féminine ne cessait de lui prodiguer des conseils afin qu’il ne cède pas à tout ce que ses amis disaient.

« Ça fait que quand j’ai commencé, j’ai perdu tous mes amis. Mais cela ne m’a pas empêché de poursuivre mon rêve. Car je ne me disais toujours qu’aucun de mes amis ne peut me prendre en charge, ni ma famille. Et tant que ma famille ne m’a pas abandonné, ce que les autres peuvent dire, ne me dit rien absolument », raconte-il.

Cela fait plus de 8 ans qu’il évolue dans ce secteur. Après trois ans de formation et d’un an d’expérience professionnelle, ce jeune togolais aujourd’hui devenu Burkinabè par alliance décide de venir s’installer au pays des Hommes intègres.

Les prix chez nous dépendent…

Il dit n’avoir pas vraiment eu assez de difficultés pour s’intégrer. Ce n’est pas vraiment étonnant, car à ce jour, il a un institut de beauté « Alex Fashion » qui se situe à la Patte d’oie, un des quartiers de la capitale burkinabè.

« Le Burkina, c’est un pays que j’ai toujours aimé. Même quand je vendais des chaussures, j’avais des clients ici avec lesquels je collaborais. En plus, il y a beaucoup de mes clients qui me proposaient de venir m’installer au Burkina », dit-il.

Chez « Alex Fashion Coiffure», les prix varient d’une coiffure à une autre. Il a au moins 4 personnes qui travaillent avec lui et qui font toute sorte de coiffures : La pause des perruques, les tresses, les nattes, etc. Par exemple, la pause des perruques se négocie déjà à partir de 5000 FCFA.

« Les prix chez nous dépendent de ce que l’intéressée veut faire comme coiffure. Sinon les prix des perruques c’est à partir de 60 000 FCFA, ce sont des mèches naturelles », précise-t-il.

Avec le temps, Alex Sewa a appris à se perfectionner et à s’adapter aux exigences de son métier afin de répondre aux attentes de la clientèle. « À la base même, ce sont les tresses que moi j’ai apprises, mais arrivé à un moment donné, on ne peut pas se contenter de maitriser qu’une seule discipline alors que le domaine est vaste avec des exigences pas possibles. Là, j’ai dû apprendre d’autres modèles de coiffure pour être à la hauteur des attentes de mes clientes », note-il.

Le promoteur de l’institut de beauté « Alex Fashion Coiffure» affirme qu’il ne chôme pas et qu’il est tellement sollicité. Il est souvent obligé de décaler des rendez-vous avec d’autres.

Tout le monde trouve son compte chez « Alex Fashion Coiffure »

Dans son institut, tout le monde trouve son compte. Même les hommes. Alex a également dans ses locaux, une extension dédiée pour la coiffure masculine à partir de 1000 FCFA.

Sonia Kanoré, responsable du salon de maquillage

Aussi, dispose-t-il d’un salon de maquillage.  Ici comme le renseigne, Sonia Kaboré, la gérante de cet espace, la grille tarifaire dépend du maquillage que souhaite la cliente. « Nous maquillons même les mariées et faisons les maquillages simples aussi. Vous comprenez que tout ne peut pas être au même prix », argue-t-elle.

Alex se présente comme le coiffeur attitré de la plupart des lauréates du concours de beauté Miss Université qui se coiffent chez lui. Et même quelques lauréates de Miss Burkina, à l’en croire.

Aux autres jeunes qui souhaitent se lancer dans la coiffure, Alex les conseille que « c’est un métier qui n’est pas facile. Mais pour le faire il faut avoir le cœur, le temps et la patience parce que si vous êtes pressés, vous n’y arriverez pas parce que le chemin est long ».

La plupart des perruques que pose Alex sont tissés chez lui

En perspective, Alex envisage faire de son institut de beauté, un empire dans la coiffure féminine pour, dit-il, venir en aide aux personnes vulnérables singulièrement les orphelins…

Welly TAMBOURA (Stagiaire)

Burkina24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. BRAVO WILSON! C’est ça la détermination! Je passerai me coiffer un jour pour profiter te draguer! D’accord?!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page