Affaire prêche de l’imam de Gon-Boussougou: Issaka Sourwema dit avoir appris la leçon

Une délégation des membres de la fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) a été reçue par le Premier ministre, Albert Ouédraogo ce mardi 26 juillet 2022. C’est sur la polémique engendrée autour du prêche de l’imam de Gon-Boussougou  qui a fait la ronde des réseaux sociaux ces derniers jours que les deux parties ont tablé.

La suite après cette publicité

A l’issue de la rencontre, le ministre en charge des affaires religieuses qui conduisait cette délégation a laissé entendre que c’est une polémique qui n’avait pas lieu d’être. Après des investigations, Issaka Sourwema a affirmé que « Le prêche en question n’était pas ce qu’on croyait, ce qui veut dire que les sources qui ont été les nôtres ont été certainement de bonne foi mais des erreurs assez graves ont été relevées là-dessus. Maintenant ce qu’il faut peut-être retenir c’est qu’il y a ce qu’on dit qu’il y a l’école de la vie et la vie de l’école.

La vie de l’école c’est que vous apprenez grâce à des enseignants, on sait que vous avez appris et théoriquement vous êtes bien érudits, vous êtes bien compétents et il y a l’école de la vie. Là vous n’avez pas de professeur, vous êtes plus ou moins laissés à vous-mêmes. Et c’est votre expérience qu’elle soit heureuse, qu’elle soit malheureuse qui vous apprend à tirer des leçons », a-t-il dit avant de poursuivre.

« Dans le cas par exemple du ministère, et de ma personne c’est une leçon que nous avons apprise. Et quand on apprend une leçon et qu’on décide effectivement de la mettre en œuvre, il faut d’abord à l’endroit de ceux qui en ont souffert faire preuve d’humilité, faire preuve de modestie en présentant ses excuses vis-à-vis des personnes concernées », a-t-il reconnu.

Le ministre en charge des charges des affaires religieuses a annoncé une rencontre avec les premiers responsables de la FAIB. Il prévoit aussi d’aller voir l’imam de Gon-Boussougou. « D’ores et déjà à l’endroit de l’Imam de Gon-Boussougou, je crois que nous lui devons une visite pour lui dire ce qu’on a dit ici avec les responsables de la faitière de manière à ce qu’on puisse naturellement solder cela », a-t-il terminé.

Willy SAGBE 

Burkina24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page