Alive et Thrive : Bilan de cinq ans d’intervention au Burkina Faso

Le ministère de la santé et de l’hygiène publique a tenu un atelier de dissémination des principaux résultats engrangés au cours des 5 ans de mise en œuvre du programme Alive et Thrive au Burkina Faso. Cet atelier vise à faire le bilan de son intervention et permettre au ministère de s’approprier des leçons apprises à travers ce programme.

La suite après cette publicité

Le programme Alive et Thrive appuie le ministère de la santé et de l’hygiène publique, pour la mise en œuvre des interventions de nutrition maternelle, néonatale et infantile pour le renforcement des capacité du ministère à offrir des interventions nutritions à l’échelle nationale.

Le ministère en charge de la santé a tenu un atelier de dissémination des principaux résultats engrangés au cours de ces 5 ans de mise en œuvre, ce jeudi 28 juillet 2022 à Ouagadougou.

« Les résultats qui vous seront présentés ce matin sont le fruit du partenariat et de la collaboration entre les partenaires techniques et financiers et le gouvernement, dans la lutte contre la malnutrition des enfants et des mères en particulier et la protection et l’amélioration de la santé pour un passage à l’échelle réussi », confie le directeur pays de Alive et Thrive, Maurice Gerald Zafimanjeka.

 Ce programme qui prend fin ce 31 juillet 2022 consistait à renforcer les interventions nutritionnelles fournies pendant la grossesse et d’améliorer la couverture et l’utilisation des services de soins prénatals.

«  L’ONG Family Health international à travers son programme Alive et Thrive a apporté un appui au ministère de la santé, pour le renforcement de l’offre des interventions de nutrition maternelle, de l’alimentation du nourrisson  et du jeune enfant à l’échelle nationale à travers des politiques et offres de services améliorées, la communication pour le changement social et l’utilisation des données pour la prise de décisions.

Il s’est agi surtout de générer des évidences notamment sur le renforcement des interventions en nutrition maternelle et la mise au sein précoce dans les services de soin prénatal, le renforcement des interventions nutritionnelles au cours des premiers soins essentiels du nouveau-né et le plaidoyer pour l’adoption du code de commercialisation des substituts du lait maternel par le gouvernement », explique le ministre de la santé, Dr Robert Lucien Jean Claude Kargougou. 

Il faut noter que Alive et Thrive est une initiative globale pour sauver des vies, prévenir les maladies, et assurer une croissance saine et un développement optimum du nourrisson et du jeune enfant. Elle fournit une assistance technique stratégique aux différents pays en Afrique et en Asie. 

Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page