Réconciliation : Le MADPOED demande au Président Damiba de gracier les prisonniers politiques

Les membres du Mouvement des associations pour le développement et la protection des orphelins et des enfants démunis (MADPOED) ont animé un point de presse ce lundi 15 août 2022 à Ouagadougou. La réconciliation nationale et la demande de pardon de l’ancien Président Blaise Compaoré étaient à l’ordre du jour.

La suite après cette publicité

Le 26 juillet 2022, dans une lettre attribuée à Blaise Compaoré et lue par le porte-parole du gouvernement de la transition, Lionel Bilgo, l’ancien président du Faso en exil depuis 8 ans a demandé pardon au peuple burkinabè.

Ce lundi 15 août 2022, les membres du Mouvement des associations pour le développement et la protection des orphelins et des enfants démunis (MADPOED) ont demandé à la population d’accepter le pardon de Blaise Compaoré. La coordinatrice du MADPOED, Adja Zarata Zoungrana, a fait savoir que « nous sommes sensibles et très poreux à son pardon ».

 Les membres du MADPOED
Les membres du MADPOED

« Nous, membres du MADPOED, nous acceptons ce pardon. Le pardon est plus grand que la vengeance. Nous acceptons le pardon. Au regard de la situation sécuritaire que vit le Burkina Faso, les femmes et les enfants sont les plus vulnérables. Ils ne demandent que la quiétude pour vaquer à leurs occupations.

Ces personnes vulnérables demandent l’union des fils et des filles du Burkina Faso », a-t-elle souligné. Egalement, elle a indiqué être prête à accompagner toute initiative de demande de pardon et de réconciliation nationale.

Essayons de tourner la page.

« Si on ne se pardonnait pas, nous n’aurons pas une nation, ni une société, ni une communauté. Essayons de tourner la page. Ce qui nous unit doit être plus fort que ce qui nous sépare. Focalisons-nous sur le futur, et le présent que nous vivons difficilement, et pensons à nos frères qui sont les forces de défense et de sécurité.  

On ne demande pas d’oublier, mais plutôt de pardonner et de tourner les pages sombres de l’histoire et penser au type de Burkina Faso que nous voulons léguer à la génération future. Si le pardon peut apaiser, alors moi, coordonnatrice du MADPOED et toutes les associations membres, nous vous demandons pardon. Nous sommes disposés à accompagner toute personne dans le processus de la réconciliation nationale », a relevé Adja Zarata Zoungrana. 

…amnistier tous les refusés politiques sans distinction…

Par ailleurs, la candidate malheureuse à la présidence de l’Assemblée législative de transition (ALT) a lancé un cri de cœur au Président Paul-Henri Sandaogo Damiba « d’amnistier tous les refugiés politiques sans  distinction et aussi de gracier les prisonniers politiques, afin que nous puissions lutter contre l’insécurité que vit le pays ».

En rappel, le MADEPOEOD a été créé en 2002 avec 61 associations. Le mouvement a pour objectif de soutenir les orphelins et les veuves et de contribuer à la réinsertion dans la vie active.

Jules César KABORE 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page