Diaspora : DIAFASUD pour l’essor économique du Burkina Faso

L’Organisation Non Gouvernementale La Diaspora pour le Développement Durable de l’Afrique (DIAFASUD) a lancé ce vendredi 19 août 2022 à Ouagadougou, la 1ére édition des 72h de la Diaspora.  « Contribution de la Diaspora au développement durable de l’Afrique » est le thème choisi. L’activité a été placée sous le parrainage de Maitre Pacéré Frédéric Titinga, chef traditionnel.

La suite après cette publicité

Cette 1ère édition des 72 h de la diaspora organisée par la DIAFASUD a pour ambition de trouver un cadre idéal afin de permettre à la diaspora de mettre la main à la pâte pour une mise en valeur et une promotion des potentialités que regorge le Burkina Faso.

Aussi, ce cadre aura la particularité de sensibiliser toutes les communautés ressortissantes, pour les amener à investir au Burkina Faso, a fait comprendre Issiffou Ouédraogo, président fondateur de l’ONG DIAFASUD.

Issoufou Ouédraogo, président fondateur de l’ONG DIAFASUD.
Issiffou Ouédraogo, président fondateur de l’ONG DIAFASUD.

Allant dans le même sens, maitre  Frédéric Pacéré Titingaé, parrain de la cérémonie, a expliqué que la diaspora constitue une force indéniable dans le développement des pays. « La Diaspora est un apport incontournable pour la construction de nos États. Elles ont les assisses de nos terroirs, de nos pays, en dehors de cela, elles ont la connaissance et l’expérience de l’extérieur.

Ce genre de rencontre des hommes de la diaspora est plus que souhaité. Parce que non seulement, ils se retrouvent dans leur propre pays pour se rencontrer et pour échanger mais également, pour voir ce qu’ils peuvent apporter de constructif à la construction de leur pays, le Burkina Faso », a expliqué le parrain.

Maitre Titinga Frédéric Pacéré, parrain de la cérémonie
Maitre Titinga Frédéric Pacéré, parrain de la cérémonie

Alain Edouard Traoré, conférencier lors de cette première édition, trouve que le thème est d’actualité et d’une importance fondamentale à ne pas négliger.

« La diaspora est un potentiel énorme de développement de notre pays à bien des égards au plan des flux financiers que la diaspora peut apporter, au plan de la connaissance technique et scientifique. Elle doit être mise en confiance et si elle n’est pas mise en confiance elle ne va pas avoir justement cette tendance à revenir pour investir. 

Il faut qu’au niveau des pouvoirs publics, au niveau des gouvernements que des actions fortes soient menées pour que la diaspora puisse se mobiliser, se sentir à l’aise, se sentir en confiance pour pouvoir faire des investissements au Burkina et en Afrique de manière générale », a-t-il développé.

Alain Edouard Traoré
Alain Edouard Traoré

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée autour d’une conférence et une visite de stands. Notons que les 72heures se poursuivront avec, entre autres, une campagne de reboisement, prévue pour ce samedi et un tournoi de football le dimanche. Un Diner gala avec des remises de trophées viendra clore cette première édition.

Flora KARAMBIRI et Micheline OUEDRAOGO (Stagiaire)

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page