Commune de Ouagadougou : La délégation spéciale tient sa première session ordinaire

La délégation spéciale de la Commune de Ouagadougou a tenu sa première session ordinaire ce vendredi 16 septembre 2022. Lors de cette rencontre, les échanges ont essentiellement porté sur huit points.

La suite après cette publicité

« La session ordinaire que nous sommes en train de tenir aujourd’hui répond à des dispositions statutaires de la délégation spéciale qui dit que la délégation spéciale peut tenir des sessions ordinaires une fois par trimestre et puis des sessions extraordinaires chaque fois que le besoin se fera sentir », relate d’entrée le président de la délégation spéciale, Maurice Konaté.

Maurice Konaté, Président de la délégation spéciale

Aujourd’hui donc, les membres de la délégation spéciale se sont rencontrés pour une session ordinaire assez capitale, car elle touche de fond les différentes règlementations en matière de budget, résumées en huit points.

« Ce matin, on doit examiner au moins huit points essentiels, la plupart de ces points touchent les budgets. Que ce soit les budgets primitifs, que ce soit les budgets supplémentaires. Aussi, les comptes administratifs des années passées.

L’administration étant une continuité, nous avons l’obligation d’examiner les budgets que ceux qui nous ont précédés ont exécutés, pour voir si c’est conforme aux normes d’exécution budgétaires, sinon, comment il faut l’ajuster. Nous avons également le budget supplémentaire de l’année  2022, et le budget primitif de l’année 2023, c’est vraiment une session très importante que nous allons conduire ce matin », indique-t-il.

En dépit de la crise qui sévit le Burkina Faso, Maurice Konaté fait savoir que des résultats sont attendus à la fin de cette session. « Vous savez que nous sommes aujourd’hui face à un contexte sécuritaire un peu très tumultueux que ce soit dans la sous-région, que ce soit au-delà, on a des contraintes. A l’occasion de cette session il faudra voir les contraintes qui s’opposent à nous, et comment faire aussi pour regarder, ajuster pour que nous puissions exécuter ce que nous allons prévoir, parce qu’une chose est de prévoir, une autre est de pouvoir l’exécuter en tenant compte des difficultés majeures, de ces temps-ci », énumère-t-il.

De façon pratique, l’examen et la validation des huit projets par les membres de la délégation spéciale va mettre terme à cette session ordinaire.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page