Burkina : « Pédagogue audio visuel éducatif » pour assurer la continuité éducative aux élèves déplacés

Des jeunes burkinabè ont initié un programme dénommé « Pédagogue audio visuel éducatif » dans le but d’améliorer la qualité de l’éducation en général mais plus particulièrement des  élèves déscolarisés pour cause d’insécurité. Ce samedi 17 septembre 2022 à Ouagadougou, ces jeunes ont présenté leur innovation qui transcrit le programme éducatif sous format audio, visuel et en jeux de cartes interactives. Ils affirment avoir enregistré des résultats concluants sur le terrain après une première phase pilote du programme. 

La suite après cette publicité

Au Burkina Faso, selon les données du ministère en charge de l’éducation nationale à  la date du 31 mai 2022, 4258 établissements ont fermé suite à la détérioration de la situation sécuritaire du pays. Une situation qui contraint de milliers d’élèves à rester hors des salles de classes. Et en plus, on est presque à l’orée de la rentrée scolaire 2022-2023, il faut penser à la situation de ces élèves.

C’est ainsi qu’a été mis en place  «Pédagogue audio visuel éducatif»  pour  non seulement améliorer les offres éducatives de manière générale mais aussi assurer la continuité éducative pour des élèves déplacés internes.

Ben Fatahou Kadir Nacro, promoteur de l’initiative, a indiqué que Pédagogue audio visuel éducatif est une approche éducative qui consiste à transcrire le programme éducatif burkinabè sous format audio, vidéo, jeux de cartes interactifs.

Pour permettre aux élèves qui sont dans les zones où il n’y a pas d’électricité, ils ont conçu des supports de télé autonome (USB) pour que ces derniers aient accès aux contenus qu’ils proposent. Il a informé des kits accessibilisés par niveau vendus à 5000f CFA. Il y a également les kits contenant 20 vidéos qu’ils vendent au prix de 10000 Fcfa. D’où son appel au soutien des partenaires afin de rendre les prix à accessibles toutes les catégories sociales.

« Nous souhaitons avoir la confiance de certains partenaires techniques et financiers avec qui nous pourrons, produire et accessibiliser à des coûts moindres. Parce que nous sommes là pour impacter le pays, c’est vrai que l’argent va se faire naturellement quand l’impact est là, mais pour le moment, il faut prendre en charge les frais de production, voilà pourquoi nous sommes à ses coûts d’accessibilité », a-t-il lancé .

Il a  affirmé que le projet a été favorablement accueilli par les premiers responsables  du ministère en charge de l’éducation.

« Tout se passe bien, ils nous ont porté leur confiance depuis les premiers jours, parce que nous sommes en communication avec eux. On a eu l’autorisation du ministre de l’éducation nationale par rapport à l’accessibilité quant aux curricula.

Mais c’est vrai qu’il y a une nouvelle réforme qui est en cours, il nous accompagne sur la validation des contenus. Nous avons eu à initier des séances de travail avec les inspecteurs du ministère qui ont eu à valider nos contenus. 

Et il y a un circuit de diffusion qui est sorti,  il y a même une convention de partenariat qui a été signé pour dire qu’ils sont conscients de l’envergure du travail, de l’envergure de l’ampleur que nous faisons. Et le ministre nous a reçus et il a souhaité que nous travaillons auprès de leurs techniciens pour continuer à apporter nos solutions », a-t-il renseigné.

Micheline OUÉDRAOGO et Amira SANOU (Stagiaires)

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page