Déclaration de l’Organisation des peuples africains- Burkina Faso (OPA-BF) sur la situation nationale

Ceci est une déclaration de l’Organisation des peuples africains- Burkina Faso (OPA-BF), sur la situation nationale. 

publicite

Chers Patriotes et Panafricanistes,

La suite après cette publicité

Peuple du Burkina Faso,

Militants et sympathisants de l’Organisation des Peuples africains, Depuis hier, notre pays, le Burkina Faso, traverse une période difficile de son histoire, avec à la fin de la soirée du vendredi 30 septembre 2022, l’annonce d’un coup d’Etat mettant fin au règne du désormais ancien chef de l’Etat Paul Henri Sandaogo DAMIBA consacrant ainsi la vacance du pouvoir.

Le nouvel homme fort à savoir le capitaine TRAORE Ibrahim, devient le leader du MPSR, mouvement jadis présidé par M. SANDAOGO DAMIBA.

Au terme du communiqué lu, les nouvelles figures parlent de contradictions internes profondes sur les différents choix opérés sous le leadership du président déchu et qui ont été l’objet de multiples critiques et cela sans succès.

C’est donc fort de ces multiples dérives, que les hommes forts actuels ont pris leur responsabilité afin de rectifier la conduite de la transition dans le but de se concentrer sur la gestion de la crise sécuritaire principalement terroriste.

Au regard de ce qui précède, l’Organisation des Peuples africains section du Burkina Faso (OPA-BF) parti du néo panafricanisme révolutionnaire, voudrait d’abord réaffirmer son attachement aux valeurs démocratiques et condamner toute prise du pouvoir par des voies autres.

Cependant, l’Organisation des Peuples africains lors de sa dernière conférence de presse tenue le 17 mai à son siège, a dénoncé toutes ces dérives et invité le président DAMIBA à revoir sa gouvernance. Malheureusement, nous n’avons constaté aucun changement. Pire, la situation sécuritaire s’est fortement dégradée, avec une remise en cause des libertés d’expression, une multiplication des milices armées, des décisions de justice bafouées…

Peuple du Burkina Faso et Peuples africains, après une nuit relativement calme et paisible, nous nous réveillons avec de grosses frayeurs, annonçant une riposte musclée d’une partie des forces armées dans le but de restaurer le régime déchu du président DAMIBA. Il semble qu’il se serait réfugié à la base militaire française, d’où il organiserait une riposte afin d’instaurer ledit régime.

De toute évidence, nous voyons, nous lisons et nous entendons qu’une riposte se prépare et des crépitements d’armes se font déjà entendre dans la ville de Ouagadougou. Notre pays déjà souffrant et endeuillé par les attaques à répétition ne mérite pas un tel scénario. Ce nouveau conflit armé est étranger aux intérêts de notre peuple.

Le Burkina Faso à travers son histoire et son peuple intègre, vaillant et résiliant à suffisamment démontré qu’il regorge des moyens humains, culturels, spirituels pour faire face à tout ennemi.

Pour ce faire, l’Organisation des Peuples africains : 

  • prend acte de la dénonciation faite par le capitaine TRAORE Ibrahim selon laquelle le pouvoir déchu travaillait plus à la « restauration au forceps d’un ordre ancien » plutôt qu’à la restauration de l’intégrité du territoire.
  • comprend la volonté exprimée d’aller vers une transition civilo-militaire inclusive et exige que cette transition soit légitime, patriotique et souveraine.

L’Organisation des Peuples africains appelle :

  • Les forces de défense et de sécurité à s’élever au-dessus des intérêts au-dessus des intérêts claniques pour assurer l’intégrité du territoire, la sécurité des populations et de leurs biens;
  • Les forces Françaises et toutes autres forces obscurantistes aux élans impérialistes à se garder de toute activité subversive de nature à troubler l’ordre public;
  • Les populations civiles à plus de vigilance, à s’abstenir de tout acte de vandalisme et à se tenir prêtes pour répondre à tout mot d’ordre qui viendrait à être lancé afin de défendre la patrie contre toute forme de recul et pour l’avènement d’une transition populaire, souveraine et crédible.

Nan laara, an sara !

Le Burkina ma fierté, l’Afrique ma force !

Pour l’Organisation des Peuples Africains (OPA-BF)

Le Président

Me FARAMA Segui Ambroise

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page