MMA : « Pratiquement, tous les coups sont permis, mais c’est bien régi par des règles»  (Israël Mano) 

De retour au pays des Hommes intègres après ses exploits internationaux, le karatéka multidisciplinaire, l’étoile montante du MMA, Israël Phinées Mano a présenté, ce vendredi 04 novembre 2022, ses différents acquis depuis le début de sa carrière mais aussi la discipline dans laquelle il exerce, à savoir le MMA (Arts martiaux mixtes).

La suite après cette publicité

Après plusieurs sacres dont les derniers en date au Bahreïn où il a remporté deux titres internationaux, le karatéka burkinabè multidisciplinaire, Israël Mano a jugé nécessaire de faire une halte pour expliquer cette discipline dans laquelle il excelle et qui selon lui est méconnue au Burkina Faso.

A l’écouter, les MMA sont une discipline qui requiert la maitrise de plusieurs arts martiaux d’où sa qualité multidisciplinaire. « Pour faire le MMA, il faut maîtriser plusieurs arts. Comme je l’ai compris, dès 13 ans j’ai commencé à pratiquer les arts martiaux. Je faisais, depuis, plusieurs disciplines en même temps, comme la lutte, le Judo, la boxe, etc. Les gens ne me comprenaient pas mais j’avais un objectif en tête », a-t-il expliqué.

Aujourd’hui c’est chose faite dans ce domaine, puisque celui-ci enregistre plus de 45 titres. Par ailleurs ce benjamin d’une famille de six  enfants a tenu à rappeler les règles de ce jeu qui semble être un sport sans règles.

« Au MMA, il y a plusieurs façons de gagner sans arriver à tabasser le visage de son adversaire. Cela peut paraître bizarre mais ce jeu se pratique sous la supervision d’un arbitre et plusieurs règles. C’est vrai que pratiquement tous les coups sont permis mais c’est bien régi par des règles. Au MMA, il y a plusieurs manières de gagner sans même recevoir des coups », a-t-il clarifié.

Dorénavant Champion du Brave 64 des African All Stars, Israël Mano projette d’intégrer le prestigieux Ultimate Fighting Chamionship (UFC), à l’image du champion camerounais Francis Ngannou ou encore du Nigérian Kamaru Usman.

«  A court terme, c’est déjà d’aller au championnat du monde de Sambo du 11 au 13 novembre au Kirghizistan. Moi actuellement, je ne peux pas prétendre aller à l’UFC. J’ai encore un parcours à faire. Il me faut un certain nombre de victoires, un certain nombre d’accomplissements », a-t-il dit.

Lire aussi 👉🏻 Burkina Faso : L’étoile montante du MMA, Israël Mano, signe son retour au bercail

Israël Mano, en rappel, c’est plus de 45 médailles de différentes disciplines des arts martiaux. Il a été champion du monde de « Vo Ci Truyen » en 2019. Outre ces sacres, il enregistre également des distinctions nationales.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page