Droits de l’Homme et des Peuples : Chrysogone Zougmoré reconduit à la tête du MBDHP

publicite

Le président du Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP), Chrysogone Zougmoré a procédé à la clôture de leur 8e congrès ordinaire ce samedi 19 novembre 2022 à Ouagadougou.  Les travaux du congrès ont statué autour du thème principal « Face à l’aggravation de la situation sécuritaire au Burkina Faso et aux velléités de remise en cause des libertés individuelles et collectives, renforçons nos structures de base pour faire du MBDHP un outil populaire de défense des droits humains ». 

La suite après cette publicité

Les 17, 18 et 19 novembre 2022, les membres et sympathisants du Mouvement Burkinabè du Droit de l’Homme et des Peuples (MBDHP) ont tenu leur 8e congrès ordinaire à Ouagadougou. Un congrès qui a vu les congressistes s’appesantir sur le contexte international, africain et national selon Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP afin de leur permettre de comprendre les dynamismes d’évolution du monde en général et du Burkina Faso en particulier.

Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP
Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP

En outre, cette rencontre ordinaire a permis aux congressistes d’ouvrir une brèche concernant l’état des droits humains à proprement dit au Burkina Faso. A cet effet, ils ont dénoncé de nombreux cas d’atteintes aux droits humains sous plusieurs formes.

« Ces dernières années ont été marquées par la multiplication des attaques terroristes qui ont engendré des milliers de pertes en vies humaines, des blessés, de traumatisme psychologique. Elles ont été également marquées par la persistance des conditions inhumaines de détention dans nos prisons caractérisées par la surpopulation carcérale, la promiscuité, l’absence d’hygiène et de toute sorte d’assistance sociale… », a entre autres cité Chrysogone Zougmoré. 

Les acquis et les insuffisances

De plus, il a fait mention des activités menées par le comité exécutif national, sur la vie des structures locales et sur les acquis. Aussi, il n’a pas manqué de relever les insuffisances et perspectives en vue d’améliorer le fonctionnement du mouvement.

« Le MBDHP a apporté une contribution significative au mouvement citoyen de lutte contre l’impunité, la vie chère et le renforcement de la démocratie, dans le cadre des coalitions nationales de veille et de luttes citoyennes. Hélas, les congressistes ont fait le constat que notre mouvement traine encore des insuffisances malgré les résolutions prises, notamment lors du 7e congrès », a-t-il souligné.

Les participants aux congrès
Les participants aux congrès

Les résolutions

Au regard du contexte national et des difficultés dont est confronté le MBDHP, le congrès a adopté six actes à savoir une motion de condamnation des attaques terroristes au Burkina Faso ; un appel à la solidarité en faveur des personnes déplacées internes ; un appel à la mobilisation populaire pour la défense des libertés démocratiques ; une motion de soutien des luttes des peuples d’Afrique ; une résolution pour la dynamisation des structures d’animation du MBDHP.

Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP

Le 8e congrès ordinaire a été l’occasion pour les congressistes d’élire le nouveau comité exécutif national du MBDHP qui a vu la reconduction de Chrysogone Zougmoré à la tête de la présidence dudit mouvement.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page