Burkina Faso : L’OBM pour une amélioration des contenus des médias

publicite

L’observatoire burkinabè des médias (OBM) organise une session de formation en faveur des professionnels des médias du 24 au 26 novembre 2022 à Ouagadougou, dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités. Cette session a pour objectif de renforcer les connaissances des journalistes sur les techniques et méthodes d’observation du contenu des médias burkinabè. 

La suite après cette publicité

Créé en 2012 par les devanciers de la presse burkinabè, l’observatoire burkinabè des médias joue le rôle de l’autorégulation par des pairs, afin de corriger certaines erreurs  et améliorer  les contenus des médias. La présente formation intervient dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités.

Galip Somé, directeur de cabinet du ministère en charge de la communication a salué l’importance de cette rencontre qui réunit les pairs du monde des médias burkinabè qui travaillent pour la promotion de l’excellence dans le monde des médias.

Galip Somé, directeur de cabinet du ministre en charge de la communication

«C’est ensemble avec l’expérience de ces aînés, de ces devanciers que nous allons pouvoir véritablement bâtir une presse de qualité, et que nous allons pouvoir travailler à un développement optimal du secteur des médias dans notre pays », a-t-il commenté.

Galip Somé a confié que si dans ses rapports périodiques, l’OBM évoque le renforcement des capacités des acteurs des médias, le ministère devra réagir en ce sens pour outiller les différents acteurs.

Les participants en salle

«Ce qui est sûr, nous avons une entière responsabilité, une contribution immense aussi bien dans les médias publics que privés dans ce travail d’observation et dans ce travail de quête de qualité, le ministère sera très attentif et très réceptif des conclusions des travaux de cet atelier », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le président de l’OBM, Hamado Ouangraoua a fait savoir que l’OBM  attend des participants une attention particulière sur toutes les communications qui seront dispensées tout au long de cette session afin qu’en retour qu’ils jouent le rôle d’observateurs au sein de leurs médias et qu’ils rendent compte périodiquement à OBM pour que la presse burkinabè dans sa diversité en tire des leçons pour son évolution et son renforcement.

Hamado Ouangraoua, président de l’OBM

Pour lui, cette rencontre constitue un tournant décisif pour la presse burkinabè. « C’est un tournant décisif parce que jusqu’à présent, ce que nous allons entreprendre comme activités n’est pas fait. Et avec cette activité, nous constaterons qu’il y a une évolution dans l’amélioration de la qualité des contenus, dans l’amélioration de la présentation dans le respect de l’éthique et de la déontologie », a-t-il souligné.

À la différence du conseil supérieur de la communication (CSC) qui est un organe d’autorégulation mis en place par l’État, Hamado Ouangraoua a clarifié que l’OBM est une structure d’observation de la qualité du respect de l’éthique et de la déontologie par les professionnels des médias mise en place par ces derniers.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page