Burkina Faso : Un code d’éthique pour guider la conduite des agents publics en cours d’élaboration

publicite

Un Atelier de validation du code  d’éthique et déontologie du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale (MFPTPS) a eu lieu ce 24 novembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cet atelier c’est de discuter article par article du contenu de l’avant-projet du code d’éthique et de déontologie du ministère de la Fonction publique. Ce code compte faire des agents de la fonction publique des agents au service de l’usager, des agents qui traitent les dossiers avec célérité et au finish faire en sorte que la corruption soit boutée hors de l’administration publique. 

La suite après cette publicité

Suite à une étude basée sur les risques réalisée en 2014, l’Autorité supérieure de Contrôle  d’État (ASCE-LC) avait conclu que pour contribuer à lutter efficacement contre la corruption au sein des ministères, il fallait que chaque ministère dispose d’un code d’éthique et de déontologie.

Un document qui trace les grandes lignes de comportement des agents pour mieux servir les usagers. C’est ce que nous a rappelé d’emblée Idrissa Sinon, inspecteur général des services au ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale avant de faire savoir que c’est dans cette dynamique qu’un avant-projet de code d’éthique et de déontologie a été élaboré du 18 au 24 septembre 2022.

Aussi a-t-il souligné, « ce présent atelier a pour objectif d’apporter encore des amendements, pour être sûr que le document (projet de code d’éthique, NDLR) final sera un document de consensus ». À l’entendre, il va s’agir pour cet atelier « de revisiter le document article par article.

S’il y a des éléments nouveaux, que l’on puisse les prendre en compte avant de soumettre à la réunion de cabinet qui va valider le document pour que d’ici fin décembre nous puissions disposer de notre code d’éthique et de déontologie ».

Idrissa Sinon inspecteur général des services du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale

Bernadette Kafando/Tamini, chef de service gouvernance administrative et locale au secrétariat permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, a fait savoir que le code d’éthique en question comprend 40 articles répartis dans 8 chapitres.

Aussi, a-t-elle mentionné, « le clou du code d’éthique, c’est le chapitre sur les principes et le chapitre sur les valeurs ». Ces deux chapitres, a-t-elle précisé, énoncent les principes et les valeurs qui doivent guider l’agent du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale dans l’exercice de son travail quotidien.

Bernadette Kafando/Tamini, chef de service gouvernance administrative et locale au secrétariat permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance

Dans le détail, elle a indiqué que les principes dont le code fait cas stipulent la transparence, l’intégrité, la loyauté, le professionnalisme. Le code en termes de valeur, a-t-elle ajouté, fait allusion à l’esprit de sacrifice, l’esprit de dialogue et le respect.

Les participants à l’atelier

Idrissa Sinon n’a pas manqué de rappeler que l’élaboration du code d’éthique est un projet qui fait partie du plan d’actions des autorités de la transition.

Ce document qui indique comment l’agent public doit se comporter au niveau de son service pour mieux servir les usagers devra permettre à terme, selon lui, de mieux lutter contre la corruption, la lourdeur administrative et au finish, avoir des agents publics plus respectueux des usagers.

Hamadou OUEDRAOGO

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page