Crise alimentaire et humanitaire au Burkina : La chambre nationale d’agriculture lance l’Opération « Grenier Plein »

publicite

Face à la crise alimentaire et humanitaire à laquelle fait face le Burkina, la Chambre Nationale d’Agriculture (CNA) en collaboration avec les organisations paysannes et l’appui du gouvernement de la transition ainsi que des partenaires techniques et financiers (PTF) lance une opération d’urgence dénommée « Opération Grenier Plein ». Cette opération qui se décline en 4 projets nécessite la mobilisation de 19 milliards de FCFA et va rentrer dans sa première phase opérationnelle courant décembre 2022 pour une durée de 30 mois.

La suite après cette publicité

L’agriculture Burkinabè en plus d’être marquée par des pratiques rudimentaires et tributaires des aléas climatiques, est confrontée aujourd’hui par de nouvelles contraintes : situation sécuritaire oblige, plus de la moitié des zones rurales agricoles sont à risque pour les producteurs. A cela s’ajoute le fait que les 2 millions de Personnes déplacées (PDI) internes sont des familles d’exploitants agricoles qui ne produisent plus.

En outre, le boom foncier de ces dernières années a entrainé un accaparement de vastes espaces arables propices aux activités agricoles, désormais inaccessibles aux producteurs. Dernière entrave de l’agriculture apparue récemment, la cherté des intrants et équipements agricoles due à la pandémie de Covid-19 et la Crise ukrainienne.

C’est dans un tel contexte et dans l’optique de faire face à ces défis que des acteurs privés et institutionnels, sous l’égide du ministère en charge de l’agriculture et sous la houlette de la CNA en collaboration avec les organisations paysannes ont initié une opération d’urgence pour la résilience face à la crise alimentaire et humanitaire, dénommée « opération Grenier Plein ».

L’objectif principal de cette opération, selon le premier rapporteur de la CNA, Eric I. Zougmoré, est de mobiliser tout le potentiel productif disponible (terres arables, intrants et équipements, ressources humanitaires et financières, savoir-faire) afin accroître significativement et rapidement la production agropastorale de denrées de consommation locales afin de faire face à l’urgence alimentaire à court et moyen termes au Burkina Faso.

Plus spécifiquement, l’opération va identifier et mobiliser au moins 50 000 ha supplémentaires de terres agricoles non exploitées auprès de propriétaires fonciers (entreprises, individus, communautés, collectivités…). Plus de 100 000 exploitants agropastoraux jeunes et femmes dont les PDI seront mobilisés pour être formés et être accompagnés pour la production intensive de vivriers et de produits d’élevage.

Ce projet vise également à accroître la production agricole de plus d’un million de tonnes supplémentaires par an. Enfin, cette opération ambitionne de moderniser durablement le secteur agricole par la promotion et la dynamisation d’environ 1000 entreprises agropastorales modernes mixtes.

« Il est impératif que toute terre partout où on peut utiliser pour produire que nous le fassions »

La première phase de l’opération qui débute en décembre 2022 pour une durée de 30 mois, sera mise en œuvre dans 300 communes à travers 4 projets fonctionnant sous formes de guichets.

Le premier guichet d’un montant de 5 milliards est dédié au projet facilitation de l’accès aux intrants et équipements agricoles et vise à permettre aux producteurs de bénéficier individuellement ou collectivement des intrants, des équipements et différents services à coûts raisonnable et selon des facilités échelonnées. 

Dans sa mise en œuvre de manière pratique, chaque exploitant qui a un besoin exprimera son besoin à l’avance à sa chambre régionale d’agriculture à l’aide de fiches de besoin qui vont préciser les types de besoins, les modalités souhaitées pour les paiements et l’institution financière où il est inscrit.

Le deuxième guichet est dédié au projet de promotion de micro, petites et moyennes entreprises agropastorales modernes intégrées pour un montant de 5 milliards de FCFA. Ce guichet va servir à la modernisation des exploitations pour des productions mixtes (agriculture, élevage, pisciculture) avec une maîtrise d’eau (réalisation des forages et des équipements pour l’irrigation). Un objectif de 1000 fermes agropastorales modernes de 1 à 10 ha capable d’avoir 3 productions par an est visé.

Le guichet 3 est consacré au projet de valorisation et de mise en exploitation des terres agricoles de grandes superficies pour l’accroissement de la production agropastorale et halieutique d’un montant de 5 milliards de FCFA. Ce projet vise à identifier, aménager et mettre en exploitation de façon provisoire ou définitive les espaces de grandes superficies de terres agricoles non encore ou faiblement mises en valeur. L’objectif est de faire appel aux investisseurs privés d’envergure ou des producteurs professionnels pour mettre en exploitation des périmètres qui vont de 100 à 200 ha.

Alexandre Kabré, porteur du projet Opération Grenier Plein

« Ici l’objectif du projet, c’est d’identifier partout où on peut avoir des terres arables qui ne sont pas encore mises en valeur, de négocier avec les propriétaires terriens, les individus ou les collectivités pour qu’à travers un protocole avec la Chambre Nationale d’Agriculture on puisse mettre en exploitation. Face à l’urgence alimentaire que traverse notre pays, il est impératif que toute terre partout où on peut utiliser pour produire que nous le fassions », explique le porteur du projet, Alexandre Kabré, par ailleurs conseiller spécial du président de la CNA.

Le 4e guichet d’un montant de 4 milliards, lui, servira à financer le projet Jeunesse et terroir  qui vise  la facilitation de l’installation des jeunes et la réinsertion socio-économique des PDI et ex-VDP(Volontaires pour la Défense de la Patrie) dans leurs terroirs d’origines. « Il s’agit ici de lutter contre l’oisiveté et les facteurs qui favorisaient les recrutements des jeunes au sein des groupes armés terroristes et l’exode rural», selon Alexandre Kabré, pour qui 17 500 jeunes devront être installés dans 300 communes. 

A en croire le vice-président de la CNA, Boureima Soudré, l’opération a déjà acquis 12 milliards sur les 19 milliards de FCFA prévu, soit encore un gap de 7 milliards à mobiliser. Pour ce faire, une table ronde sera organisé avec l’ensemble des PTF internationaux intervenant dans le secteur rural du 8 au 9 décembre 2022. Les fonds seront accessibles aux acteurs sous forme de prêts à taux bonifiés, par appels à projets ou ciblage direct selon les critères définis, précise la Chambre Nationale d’Agriculture.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page