Santé nutritionnelle des PDI : Le cheval de bataille de Save The Children à Kaya

Au Burkina Faso, 1 enfant sur 10 souffre de malnutrition aiguë et est à haut risque de décès. C’est fort de ce constat que Save The Children à travers son projet ANJE U2 financé par UNICEF a décidé de s’attaquer à ce phénomène dans plusieurs localités du Burkina dont un des sites de Déplacés Internes à quelques kilomètres de la ville de Kaya (Tangsègin) dénommée Wayalghin. Les 1er et 02 décembre 2022 une visite des lieux a été initiée. 

La suite après cette publicité

Animations sur les techniques opportunes d’allaitement, de planification familiale et celle de la gestion de la grossesse sont les différentes activités menées par l’ONG Save The Children dans ce site rempli de femmes et enfants déplacés internes.

C’est au total 8 causeries par mois avec ces dames regroupées en Groupes d’Apprentissage et de Suivi des Pratiques de l’Alimentation/du nourrisson et du jeune enfant (GASPA), sous la supervision d’un Agent de santé communautaire. Il s’agit essentiellement des questions de la santé nutritionnelle de leur nourrisson, de la gestion de la grossesse avant terme mais aussi des mesures d’hygiène chez la mère jusqu’au 23ème mois de l’enfant qui sont mis à la lumière pour cette partie de la couche sociale.

« Sont concrètement concernés dans ce site, 111 GASPA ayant des nourrissons de  6 à 23 mois, 40 GASPA de femmes enceintes, et 70 GASPA des femmes ayant également des nourrissons de 0-6 mois. Il faut dire que  chaque GASPA compte 15 femmes, il y a donc plus de 3000 GASPA qui sont pris en charge », a indiqué l’animateur de Save Children du site Oumarou Birba.

La prise en charge ici est marquée également par des dotations d’aliments et d’accessoires. «  Depuis que ce centre est là nous sommes vraiment soulagés. Cela nous permet de mieux nous occuper de nos enfants. Il y a des consignes qu’on a reçues pour identifier si notre enfant fait partie des malnutris et signaler aux agents pour une prise en charge. Nous avons appris l’hygiène à pratiquer avant même d’allaiter nos enfants et comment éviter beaucoup de maladies », a indiqué R.S, une mère.

Cependant elles ont indiqué que le respect de ces mesures n’est pas sans difficulté. « Moi ils m’ont appris à comment gérer la grossesse. Avant eux je savais qu’il fallait se faire peser 8 fois avant l’accouchement. Le problème c’est que souvent on manque même de bois pour préparer les différents aliments que nous recevons. Nous n’avons pas eu le temps de partir avec nos affaires donc vraiment par ici ce n’est pas facile », a déploré une PDI enceinte à 18 ans.

L’objectif visé par cette sortie selon les organisateurs a été de faire la lumière sur les interventions de la structure sur ce volet de sécurité alimentaire dans plusieurs régions du Burkina Faso.

Il faut également souligner que 1700 mères issues des GASPA ont été choisies sur des critères pour recevoir une somme 63 000F chaque mois jusqu’à 3 mois. Outre ce site, 3 autres du genre bénéficient de ces accompagnements à Kaya.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page