Burkina : Le M30 NAABA WOBGO observe « avec vigilance et prudence les ballets diplomatiques qui rivalisent d’offres » (Yéli Monique Kam)

A l’occasion d’une conférence de presse ce mercredi 7 décembre 2022 à Ouagadougou, le Mouvement M30 NAABA WOBGO a donné « son analyse de l’actualité de la nation ».

La suite après cette publicité

Sur l’analyse de l’état de la nation, la coordinatrice du Mouvement M30 NAABA WOBGO, Yéli Monique Kam, a laissé entendre que « la nation est piégée dans une trappe à pauvreté ». Et de pointer du doigt, devanciers et ainés qui ont eu la responsabilité de tenir les destinées du pays entre leurs mains.

« Les principaux coupables sont nos devanciers, nos ainés qui ont dirigé notre pays et ses institutions. Aujourd’hui, les coupables du déclin de notre pays sont malheureusement ceux-là même qui ne semblent pas comprendre la dynamique révolutionnaire des jeunes issus des masses populaires », a-t-elle déclaré.

Elle a également déploré le fait que ces derniers « continuent de compter sur les financements de la France, des emplois de la France, des sponsors de la France, des services et bonnes grâces de la France sans pouvoir s’en passer pour l’instant ». Cela, en faisant savoir que les membres du M30 NAABA WOBGO ont la conviction que les ressources naturelles du Burkina, si elles sont bien gérées, pourront permettre de financer le développement endogène et permettre d’assurer le bien-être des populations.

Saluant la décision des autorités de la transition de suspendre la diffusion de Radio France internationale (RFI) ainsi que la nomination d’un président à la tête du Conseil supérieur de la communication (CSC), le mouvement dit espérer que ledit président « ne manquera pas de procéder à la régularisation de l’acte de suspension de RFI » car, avance-t-elle, « RFI est en train de nous imposer un narratif ».

Le M30 entre questionnements et vigilance

De l’initiative d’Accra, Yéli Monique Kam et ses camarades se sont interrogés. « Pourquoi l’initiative d’Accra se met en place aussi rapidement au moment où une dynamique patriotique soutient les initiatives endogènes de nos autorités de transition ? Pourquoi nos dirigeants et leurs populations doivent-ils continuer de se fier aux solutions importées telles que l’initiative d’Accra qui ont montré leurs limites pendant que le pays est en train de s’effondrer et les populations meurtries ?

A quoi sert la présence sur notre sol de tant de coopérants de tous ces Etats européens et américains participants au sommet de l’initiative d’Accra si c’est pour assister aux massacres des populations et à la destruction de notre pays ? Pourquoi vous (ndlr, puissances étrangères) ne condamnez pas publiquement les groupes armés, les fournisseurs d’armes, les sponsors des groupes armés qui commettent des violences sur des personnes et leurs biens ainsi que des violations des droits humains ? », s’est questionné la coordinatrice.

Le M30 a par ailleurs laissé entendre qu’il observe « avec vigilance et prudence les ballets diplomatiques qui rivalisent d’offres, de promesses et de déclaration de soutiens matériels et financiers auprès de nos autorités ». A propos, il a exprimé sa confiance au gouvernement et a appelé le Chef de l’Etat, Ibrahim Traoré, à « honorer son serment de servir que les intérêts collectifs ».

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page