ONI : Le personnel fait un don de sang pour soutenir les victimes de l’insécurité

Dans le cadre de ses activités socioculturelles de fin d’année, l’Office National d’Identification (ONI) a organisé une opération de don de sang dans ses locaux ce mercredi 07 décembre 2022.

La suite après cette publicité

L’Opération de don de sang de ce 7 décembre 2022 par le personnel de l’Office National d’Identification(ONI), s’inscrit dans le cadre des activités socioculturelles de fin d’année de l’institution. Il s’agit de l’exécution d’un programme d’activités annuel selon Sié Tiefi Dabiré, Directeur général de l’ONI, qui évoque une marque de solidarité envers des victimes de l’insécurité à travers cette première activité du programme.

Sié Tiéfi Dabiré, Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI)

« Nous avons pensé à faire ce don de sang pour nos frères et à toutes les victimes de l’insécurité et autres, pour leur venir en aide avec quelques poches de sang. La priorité est mise sur ce don de sang. Déjà nous avons une pensée pieuse pour nos proches et toutes les victimes de l’insécurité surtout les blessés et les malades. Nous pensons que donner son sang, c’est sauver une vie quelque part », a-t-il indiqué.

Le personnel de l’ONI a répondu présent à l’appel de leurs premiers responsables.  Marou Kaboré, agent à l’ONI, est un donneur régulier. Pour lui, c’est un geste salutaire, car soutient-t-il, « moi ça me fait plaisir de donner mon sang. Souvent quand je vois dans les réseaux, les gens souffrent. Ils font des alertes pour demander le sang. Voilà pourquoi moi j’ai décidé de donner mon sang pour sauver des vies ».

Pour l’équipe du Centre Régional de Transfusion Sanguine (CRTS) de Koudougou, venu du centre-ouest pour recueillir le sang, le besoin en matière du liquide précieux est criard et nécessite la solidarité de tous.

« La période actuelle est difficile parce que le besoin est là et il n’y a pas de candidats. Déjà les femmes enceintes, on n’arrive pas à les couvrir. On a sillonné toutes nos zones de couverture car le besoin est là.

Il faut également préparer des poches déposer car, il y a la fin d’année qui s’annonce avec les cas d’accident », a indiqué Yaméogo Nina Delphine, agent en service au Centre régional de transfusion sanguine de Koudougou.

Akim KY
Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page