Dr Lucien Kargougou visite une unité de production de produits pharmaceutiques à Komsilga

Dr Lucien Kargougou, ministre en charge de la santé, a visité les infrastructures de l’industrie de production des produits pharmaceutiques «PROPHARM» situées dans la commune rurale de Komsilga ce mercredi 28 décembre 2022. 

La suite après cette publicité

«PROPHARM» veut aller lentement mais sûrement. L’industrie qui vise à mettre sur le marché burkinabè des produits pharmaceutiques de plus de 25 types de médicaments a décidé pour le moment de fabriquer que du paracétamol 500 mg et le Zinc SRO qui attendent les résultats de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique pour qu’ils soient mis sur le marché. Selon les promoteurs, ça ne sert à rien de se précipiter.

À l’issue de la visite, le ministre en charge de la santé s’est dit émerveillé que des jeunes burkinabè puissent mettre en place de telles infrastructures qui répondent aux exigences internationales en matière de fabrication des médicaments. «Nous avons vu cette infrastructure déjà produire des médicaments notamment des formes sèches du paracétamol et du SRO Zinc», a-t-il laissé entendre.

Dr Lucien Kargougou, ministre en charge de la santé

À l’avenant, le ministre Kargougou a salué le fait que les lieux qui abritent cette infrastructure aient bénéficié d’une inspection rigoureuse des spécialistes en la matière « et à la suite de cette inspection, un certificat de bonne pratique pour les formes sèches a été délivré par l’Agence nationale de régulation pharmaceutique ».

Sur les dossiers d’autorisation de mise en vente déposés par PROPHARM auprès de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique, le ministre Kargougou a affirmé que la commission technique de la même agence a déjà ces dossiers en mains afin de les examiner.

Du zinc/SRO en attente du mot de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique pour que ça soit mis en vente

Par ailleurs, il a informé que PROPHARM a aussi déposé un dossier de pré-qualification au niveau de la CAMEG. À propos, le ministre de la santé a confié qu’un retour a été fait à PROPHARM afin de se mettre à jour de quelques exigences pour boucler le processus de pré-qualification qui, selon Lucien Kargougou, permettra à la CAMEG d’essouffler parce qu’elle pourra commander le paracétamol et le SRO zinc sur place que d’en commander à l’étranger.

Du paracétamol 500 mg déjà conditionné

Aussi, a-t-il exprimé aux promoteurs le soutien de son département afin leurs produits soient servis aux Burkinabè. «Je vais engager mes équipes pour que de façon hebdomadaire, nous assurions le suivi de la mise en œuvre des diligences qui devraient permettre à PROPHARM vraiment d’être partie intégrante du système de production et surtout d’approvisionnement de notre système de santé», a-t-il soutenu.

Dr Ibrahim Kaboré, chef de production à PROPHARM a rappelé que leur structure a obtenu le certificat de bonne pratique de fabrication qui les autorise à produire les médicaments formes sèches mais c’est l’autorisation de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique qui tarde, à l’entendre.

Ibrahim Kaboré, chef de production à PROPHARM

«Ce qui nous manque à l’état actuel, ce sont les autorisations de mise sur le marché pour nos produits que nous avons déposés à l’Agence nationale de régulation pharmaceutique», a-t-il dit en appelant au soutien du ministère de la santé pour que les dossiers en instance aillent assez vite.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page