La Police nationale organise un mariage collectif de 12 de ses éléments

Douze agents de la Police nationale ont régularisé leur situation matrimoniale devant l’autorité civile ce jeudi 16 février 2023, à la Mairie centrale de Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Désormais, ils sont en conformité avec la loi. À travers un mariage collectif, douze éléments de la Police nationale viennent de régulariser leur situation matrimoniale.

À l’issue de la cérémonie, le contrôleur général de police nationale, Thierry Tuina, par ailleurs directeur général adjoint de la Police nationale a souligné que le mariage est un acte régalien. Il a poursuivi qu’un fonctionnaire de police qui est chargé de l’application des lois, il doit lui-même être conformité avec la loi.

Le contrôleur général de police, Thierry Tuina

Au-delà d’un acte régalien, le directeur général adjoint de la Police nationale a ajouté que le mariage est aussi un acte d’amour. «Le mariage c’est également un acte d’amour, en se mariant, ils témoignent leur amour à l’endroit de leurs épouses, de leurs enfants, et donc nous, au niveau de la hiérarchie, nous ne pouvons que les accompagner dans cet acte, dans ces moments très importants qui leur confèrent une sécurité même juridique.

Parce que vous n’êtes pas sans savoir la situation que notre pays traverse, il peut arriver des drames, on ne le souhaite pas, le mariage leur permet d’assurer une sécurité juridique à leurs familles», a-t-il assuré.

Par ailleurs, Thierry Tuina a appelé les épouses de ces policiers à être compréhensives envers leurs époux qui sont dans un métier qui a beaucoup de contraintes.

«Être mariée à un policier, parfois ce n’est pas aisé, parce qu’il y a des missions, il y a beaucoup de contraintes, nous demandons aussi beaucoup de compréhensions de la part des épouses afin qu’elles puissent comprendre que les personnes avec qui elles sont mariées ont des rôles régaliens dans l’État», les a-t-il conseillés en invitant les différents époux à respecter également leurs épouses.

Rose Sanou, marraine

Ancienne policière, Rose Sanou accompagne la Police nationale depuis 8 ans dans l’organisation de ce mariage collectif dont elle est la marraine. «En 8 ans, nous sommes à plus de 600 mariages célébrés (…). Mais cette année, nous n’avons eu que douze couples, c’est la première fois que nous ayons un si petit nombre», a-t-elle dit.

Sergent chef Bruce Napon, nouveau marié

Au nom des nouveaux mariés, le sergent chef Bruce Napon a tenu à exprimer leur gratitude à leur hiérarchie qui a facilité les choses pour ce mariage civil. Il a saisi l’occasion pour lancer un appel à ses pairs qui n’ont pas régularisé leur situation matrimoniale. «N’hésitez pas, venir devant le maire, ça protège votre famille, ça vous permet d’être en règle vis-à-vis de la loi. Je vous appelle à nous imiter», a-t-il lancé.

publicite


publicite

Articles similaires

2 commentaires

  1. Initiative est bonne mais le jour de mariage est un jour on doit être le seul centre d’attention mais dans ce cas c’est partagé

  2. This is not issue I am going to argue but in my defense I will acknowledge on occasions what work well for everybody do not work at all for some plus that some have to pursue other methods. When it comes to marriage that appear to be result for me but, my focus is Negroid African people plus my commitment speak for itself. I know I am bad man but I have good intentions plus usually pursue them to our best interest. I am not acknowledging there is no right woman for me but as old cliche go fit me.  » If you want a bad man to change you should give him a good woman being for certain a bad woman will not change him ». Maybe admiral was right when he said to give me a lady! No further remarks on issue. You won.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page