Séraphin Dargani s’excuse auprès des journalistes

L’entraineur de l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO) Séraphin Dargani s’est excusé auprès des journalistes pour avoir refusé de s’exprimer  après le match perdu contre l’ASFA Yennenga à l’occasion de la 4ème journée du Fasofoot et son comportement après sa victoire lors du match contre l’AS Koupèla.

La suite après cette publicité
L'entraineur de l'EFO Séraphin Dargani

« Je m’excuse auprès de la presse si le ton avec lequel j’ai fait mes propositions a été jugé grave ». Ce sont les mots de l’entraineur de l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO) Séraphin Dargani après le match en retard de la deuxième journée contre le Santos FC le mercredi 18 avril au Stade Municipal de Ouagadougou. Une partie de la presse s’en était pris à Séraphin Dargani qui n’avait pas daigné s’exprimer devant les journalistes après la défaite de son équipe contre l’ASFA Yennenga. Il a voulu rectifier le tir : « Quand on fini un match et que vous venez nous saisir à chaud, on reste surpris de ce qu’on a dit après lorsqu’on se voit à la télé ou quand on s’écoute à la radio, tu te demandes si c’est toi qui a dit cela. On regrette ses propos parce qu’on était sous l’émotion, parce qu’on était énervé » s’est expliqué Séraphin Dargani. Il  a souhaité qu’il y ait une salle de presse pour permettre aux entraineurs de se reposer et de réfléchir à ce qu’ils diront de façon calme après le match. Cela à l’image de ce qui se passe en Europe ou dans quelques pays africains.

Retour sur les faits

Ces arguments sont compréhensibles car les propositions faites arrangent les journalistes eux mêmes. Cependant, ce qui a le plus choqué et déçu les journalistes dans l’attitude de l’entraineur de l’EFO, c’est la manière avec laquelle ce dernier s’est fait comprendre. D’abord, après le match contre l’ASFA Yennenga, il n’a même pas jeté un regard aux journalistes qui couraient après lui pour des interviews. Les journalistes avaient compris qu’il était sous le choc après la défaite. La journée suivante, la presse lui a encore tendu le micro et Séraphin Dargani a haussé le ton demandant aux journalistes de se chercher une salle de presse sinon il ne parlerait pas, le tout accompagné de gestes qui frisent les foutaises. C’est là que la goute d’eau a débordé le vase… Lire la suite sur Burkina 24 Sports

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page