Que retenir de 2012 : « A part le concert de Greg, rien de remarquable ! » (2/2)

2012_b24Ils sont 250 personnes à avoir accepté consacrer une minute de leur temps pour s’exprimer sur la marche de leur pays pendant l’année écoulée dans un sondage effectué par Burkina 24. Deuxième partie. 

La suite après cette publicité

A part le concert que Greg  a organisé cette année qui a refusé du monde à la Maison du peuple, je ne voit rien de remarquable qui s’est passé ici au Faso !

  • 2012 zéro à la base, le Faso nous fatigue seulement !

La démocratie au Faso fut encore plus fragilisée avec la présence bizarre de François Comparé le frère cadet du président du Faso sur la scène politique cette année.

  •  Le Braquage des députés sur la route de Pô !

L’Augmentation des salaires dans le privé de 4%.

  • Pas d’appréciation positive.

Pas assez d’efforts de la part du gouvernement.

  • Le désaveu des populations vis-à-vis du CCRP.

François Compaoré nous gène !

  • L’exploitation irrationnelle et la corruption dans le secteur minier. L’assainissement mené dans le milieu des partis politiques.

Le Hadj 2012 a été mal organisé.

  • Pas très reluisant sur tous les plans.

2012 a été une année de maturation sur tous les plans de la vie nationale. Tout le travail de pansement des profondes blessures ouvertes en 2011, rendu jusqu’aux élections couplés, aura permis au peuple burkinabé et à ses dirigeants de prendre une fois de plus la mesure de la complexité du processus de construction d’un Etat de droit qui se développe économiquement et où règnent transparence, justice et équité.

  • Le sillon historique des peuples est fait de sueur, de sang et de contrecoups divers. La responsabilité de la classe politique reste manifeste dans l’amélioration de la perspective pour une alternance paisible dans ce pays, sujet d’angoisse récurrente pour les populations. Les résultats des élections couplées augurent d’une évolution politique inédite pour notre pays. La responsabilité des organisations politiques dans la sauvegarde de cette espérance reste essentielle. Croisons les doigts !

Politique: Remous et exits d’acteurs à la tête du Mega parti. Pléthore de partis d’alternance, jalousies intra CEDEAO et tentatives de téléguidage extra-africaine de responsables régionaux. Corruption et criminalité en mutation et en hausse.  Economie: Flou dans qui gère l’économie du pays.

  • Toujours la même déception.

Du mensonge politique de la part de l’exécutif notamment du Premier ministre qui avait tout promis sur les crimes économiques et finalement rien de fait.

  • Je ne vous comprends pas. Pourquoi mettez-vous le nom de François Compaoré sur les listes des personnalités? Dites-moi quel mérite il a. Qu’a-t-il pour servir d’exemple à la jeunesse? Et même aux adultes? Un grand homme, c’est celui-là dont le parcours (pas forcément académique) peut inspirer la jeunesse. François a quel parcours autre que d’être le frère cadet du chef de l’état? Je peut retenir Zéphirin Diabri car même s’il intervient sur les ondes d’un média étranger, son langage rend fier d’être burkinabé.

Je retiens de l’année 2012 qu’elle a été mouvementée au plan social et politique. Dans son volet social, je veux relever les affaires Guiro du nom de l’ex DG des douanes qui, aux premières lueurs de 2012, a suscité un sentiment d’indignation chez la plupart des Burkinabé de voir combien leurs maigres ressources publiques sont mal gérées!

 Même sentiment d’indignation chez les Burkinabé qui se voient annoncer par la presse la manière dont le ministre de la justice s’est fait justice lui-même, foulant ainsi aux pieds le principe selon lequel nul n’a le droit de se faire justice lui-même; lorsqu’il fit rouer de coups le citoyen Adama Kima qui aurait eu un comportement injurieux à son égard.

Toutes ces deux affaires ont eu naturellement un pendant politique que nous savons tous, cependant l’évènement politique ayant caractérisé l’année 2012 est sans conteste les élections couplées législatives et municipales qui ont vu émerger un acteur non négligeable en la personne du parti UPC!

 

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Il n'y avait pas que le concert de GREG sur le plan artistique. Il ne faut pas oublier la cl?ture de Cin? Droit Libre ? la maison du peuple avec le spectacle du CP1 ? la CPI de Adama Dahico qui a refus? du monde. On a d? faire deux fois la m?me soir?e sans compter ceux qui sont repartis. Je signale aussi les 20 ans de Jazz ? Ouaga qui ont ?t? un grand moment sur le plan artistique. N'oublions aussi et tout de m?me le concert de Floby au stade du 4 Ao?t qui a drain? un grand monde m?me si y avait bcp a redire sur le contenu artistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page