Assassinat d’un vigile de TELMOB-Niangologo: Les présumés meurtriers aux arrêts

La suite après cette publicité
Des délinquants présentés à la presse. Ph.B24
Des délinquants présentés à la presse. Ph.B24

Ce mercredi, la Direction Régionale de la Police Nationale des Hauts-Bassins a organisé un  point de presse pour informer les hommes de médias des avancées sur trois dossiers, dont le plus sensible est celui de l’assassinat du vigile de l’agence TELMOB de Niangologo.

Le point de presse a été animé conjointement par le Directeur Régional de la police des Hauts-Bassins, Marcel Paré,  le commissaire central de la police de Bobo-Dioulasso, Abdoulaziz Yonli, le Chef du Service Régional de la Police Judiciaire des Hauts-Bassins,  Oumarou Songné, et le Commissaire de Police de l’ex-Arrondissement de Konsa, Maxime Tapsoba.

D’entrée de jeu, le commissaire Yonli et ses coéquipiers ont parlé du cambriolage, le 6 mai dernier,  de l’agence TELMOB de Niangoloko, et de l’assassinat du vigile commis à la garde de ladite agence. Il ressort qu’après le meurtre d’Ardiouma Soma, les criminels ont emporté  des cartes de recharges d’une valeur de 8.780.500 FCFA et des téléphones portables. Selon le commissaire central, citant les présumés coupables, « ils ont escaladé la clôture de l’enceinte de l’agence, et, après avoir surpris le vigile qui dormait, ils l’ont assommé au moyen d’un arrache-clou, ligoté et bâillonné, avant de le traîner dans les toilettes ».

Les investigations entreprises à Bobo ont permis à la Brigade de Recherche du commissariat de police de l’ex-Arrondissement de Konsa d’arrêter les deux présumés auteurs des faits, en l’occurrence, les sieurs S.A et K.J, et de saisir des cartes de recharges d’une valeur de 4.816.000 FCFA, ainsi que 3 téléphones portables.

Les autres affaires évoquées par les forces de l’ordre lors du point de presse concernaient le vol de 17.900.000 FCFA, juste après le décès du propriétaire. Les investigations ont permis d’arrêter et de déférer au parquet le garçon de ménage et la petite amie du défunt. L’autre affaire concernait la saisie, dans la nuit du 04 au 05 mai 2013, de 200kg de produits pharmaceutiques prohibés. Ces produits « toxiques » stockés au quartier Belle Ville, avaient été acquis à seulement   250.000 FCFA.

Les conférenciers du jour ont conclu en saluant la collaboration des populations qui a permis un dénouement des affaires citées, dans de brefs délais.

Michel KONKOBO

Pour Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

3 commentaires

  1. BRAVO A LA POLICE DES HAUTS BASSINS.CONTINUE COMME CA .LE PEUPLE VOUS SUIT.

  2. braaavo a la police nationale pour cette belle prestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page