Salon international de l’Étudiant : la 3e édition ferme ses portes avec des perspectives pour 2014

L’édition 2013 du Salon international de l’Étudiant a refermé ses portes ce samedi, avec un bilan en demi-teinte mais surtout des perspectives pour la prochaine édition.

La suite après cette publicité

Le comité d’organisation a fait ce samedi soir le point des trois jours d’activités du Salon International de l’Étudiant. Un bilan qui fait ressortir quelques prévisions non réalisées, l’essentiel du Salon ayant tenu dans le volet exposition et quelques conférences. Une vingtaine d’écoles supérieures ont exposé et ont fait de l’orientation au profit des visiteurs. L’absence d’écoles étrangères, annoncées pourtant, reste l’un des regrets de ce salon, qui a aussi enregistré un faible taux de participation. Environ un millier de visiteurs ont été enregistrés, a indiqué Olivier Tiendrebéogo, vice-président du comité d’organisation.

Le comité d’organisation a noté également l’incidence du deuil national décrété suite au décès de l’ancien président burkinabè, Saye Zerbo, sur le programme. La partie festive, en l’occurrence un gala qui était prévu, n’a finalement pas pu se tenir.

Le président du Salon, Naba Abdoulaye, remettant une attestation de participation au représentant de l'IAM. ©Burkina 24
Le président du Salon, Naba Abdoulaye, remettant une attestation de participation au représentant de l’IAM. ©Burkina 24

Face à ce bilan pas tout à fait à la hauteur des attentes du comité d’organisation, les initiateurs du Salon se projette dans le futur, et préfère tirer leçon des manquements de cette troisième édition. Ils ont ainsi dévoilé les promesses de l’édition 2014 qui sera précédée par une caravane dans quelques villes du Burkina Faso. Des voyages sont également prévues dans la sous-région pour rencontrer des écoles étrangères en vue de les attirer au prochain Salon. Il s’agit d’une attente des exposants qui ont manifesté leur désir de rencontrer d’autres écoles étrangères lors du Salon.

« Beaucoup de choses étaient prévues que nous n’avons pas pu réaliser » a noté le président du Salon, Naba Abdoulaye, qui se réjoui néanmoins que la troisième édition aie pu se tenir malgré des contraintes budgétaires. « Nous tirons leçon de toutes les imperfections pour améliorer la prochaine édition » a-t-il conclu.

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

3 commentaires

  1. Cet article me laisse un peu perplexe. J'aurais pr?f?r? qu'il mette davantage l'accent sur le caract?re in?dit et original de l'initiative que constitue le SIE pour le Burkina. Il n'a ?t? nulle part fait mention du statut priv? de l'association qui organise et prend en charge tant financi?rement qu'en mati?re logistique ce salon. Il aurait ?t? plus utile (? mon sens) de relever l'absence de sponsors de taille et de subvention publique pour soulager le poids financier de l'organisation. Car, il faut le rappeler: le SIE est bien un ?v?nement ? caract?re public. C'est un salon qui devrait ?tre (en principe) totalement pris en charge par le minist?re de tutelle. Le d?fi financier que repr?sente son organisation annuelle suffit ? rendre un hommage m?rit? ? ces jeunes qui osent entreprendre et apporter leur pierre ? l'?difice du Burkina.
    Alors, sans vouloir ?tre d?sagr?able, je pense que le "bilan en demi teinte" dont vous parlez dans votre article devrait ?tre corrig? en "d?fi relev? d'une 3?me ?dition du SIE". Pour ma part, je renouvelle mes vives f?licitations et tous mes encouragements ? mes confr?res. En route vers la 4?me ?dition!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page