Hôpital Yalgado : « Eviter les paiements sous les manteaux », conseille Robert Sangaré

Vols, escroqueries, arnaques, tels sont les avatars que subissent certains patients au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) à Ouagadougou. Les auteurs sont parfois externes au service de l’hôpital ou  internes. Le Directeur général, Robert Sangaré, conseille aux patients de ne prendre comme seule boussole que la caisse de l’hôpital.

La suite après cette publicité

Un faux informaticien soutire trois ordinateurs à un particulier au nom de l’hôpital, un patient se fait escroquer 40.000 F CFA par un quidam en blouse blanche, 220.000 FCFA sont perdus par des patients par le même procédé.

Ce sont là quelques larcins commis au sein du plus grand centre hospitalier du Burkina et auxquels la direction de l’hôpital veut mettre fin, rapportent nos confrères de Sidwaya, qui ont assisté à une conférence de presse donnée par Robert Sangaré, le Directeur général du CHU-YO ce 14 octobre.

 « Du fait de son statut de plus grand hôpital du pays, le CHU-YO, comme tout service est ouvert à toute la population », y compris aux personnes de moralité douteuse qui sont difficilement identifiables, explique Sangaré.

Les dessous de manteau coûtent plus cher

Selon le DG,  ces forfaits sont possibles parce que les victimes ont tendance à ne pas s’adresser aux services accrédités de l’hôpital, notamment les guichets. Il a par conséquent invité les patients et leurs visiteurs à éviter toute entente irrégulière.

 « Nous invitons la population et les usagers à éviter toutes formes d’entente directe avec toute personne et/ou les soignants pour bénéficier de la prise en charge et à éviter toute forme de payement sous les manteaux »,  a-t-il conseillé, selon Sidwaya.

A la morgue, tout n’est pas payant 

«  De telles pratiques desservent en réalité ceux qui s’y adonnent, continue-t-il. D’abord, ils payent souvent plus cher en dessous de table qu’en allant à la caisse du CHU-YO et de plus, en cas de complication de leur maladie suite à des soins reçus clandestinement, le CHU-YO déclinera désormais toute responsabilité ».

Autre chose, le dépôt des dépouilles  dans les salles climatisées  de la morgue de Yalgado en attendant l’enlèvement est gratuit. Seule la conservation dans les chambres froides est payante et le coût journalier est de 5 000 F CFA.

Pour le reste, le DG du CHU-YO  a invité les visiteurs de son établissement  à informer l’administration par courrier confidentiel ou s’adresser directement à la direction du contrôle interne lorsqu’ils ont été  en présence ou victimes d’un comportement ou un acte indélicat de la part du personnel de l’hôpital.

Pour rappel, en septembre dernier, la Police nationale a démantelé un réseau de six présumés délinquants, dont un ambulancier et quatre manoeuvres, qui étaient spécialisés dans le vol de matériels du CHU-YO.


Photo : Robert Sangaré (© DR)

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page