Dossier Thomas Sankara : John Jerry Rawlings a été entendu

De plus en plus, des voix s’élèvent pour réclamer le jugement des dossiers de l’insurrection populaire, du putsch de septembre 2015, et autres vieux dossiers. Me Bénéwendé Sankara, homme politique et avocat, a commenté cet état de fait en affirmant que ce n’est pas la pression qui peut amener un juge à dire la vérité.

La suite après cette publicité

En sus des dossiers cités plus haut, de nombreux autres anciens dossiers trainent dans les tiroirs de la justice burkinabè. De ceux-ci, il y a le dossier Thomas Sankara. Burkina 24 a rencontré l’un des avocats dudit dossier, Me Bénéwendé Sankara, le mardi 31 janvier 2017.

Il reste pragmatique sur l’indépendance des juges à conduire les « vieux dossiers ». L’instruction peut prendre du temps, fait-il savoir. Selon l’avocat, le pouvoir du juge est un pouvoir souverain fondé sur son indépendance, sur sa liberté. Pour lui, « ce n’est pas la pression qui va l’amener à dire la vérité ». Sous la pression, un dossier peut être jugé, dit-il, mais un innocent peut en faire les frais.

« La justice ne s’accommode pas de la pression, surtout extérieure », tranche l’avocat de la famille Sankara. Prenant exemple sur le dossier qu’il défend, celui de Thomas Sankara, Me Sankara explique : « on a fait 10 ans sous Blaise Compaoré, aucune procédure ! Mais on avait des procureurs et des juges. Il n’y a pas eu un seul procureur courageux pour dire : ‘’un homme est mort avec d’autres personnes, on ouvre une information !’’. C’est sous la Transition que le dossier Sankara a vraiment démarré ».

Sur le même dossier, plus loin, l’avocat révèle que beaucoup de personnalités ont été entendues par le juge d’instruction. De celles-ci, il cite un ancien président ghanéen. « Le juge d’instruction est allé à Accra entendre le président John Jerry Rawlings », affirme l’avocat sans donner plus de détails.

Par ailleurs, il ajoute que le juge d’instruction a déposé entre les mains de la république française, une commission rogatoire.  

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

publicite


publicite

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page