« Nuit des Guimbis » Spéciale 30 ans du FAARF : Des femmes à l’honneur

Dans la soirée du vendredi 5 novembre 2021, a eu lieu à Ouagadougou la célébration de la nuit des Guimbis pour magnifier les femmes entrepreneures. Au cours de cette cérémonie placée sous la présidence de la ministre en charge de la femme, Laurence Marchal Ilboudo, les acteurs ayant œuvré pour le bon fonctionnement du Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) durant ces 30 dernières années se sont vues récompensées. 

La suite après cette publicité

Le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF), dans le cadre de la célébration de ses 30 ans d’existence, a organisé une nuit de récompenses aux acteurs ayant contribué efficacement à l’atteinte des objectifs fixés par la structure depuis ses débuts, jusqu’à nos jours.


La célébration de cet anniversaire a été l’occasion de procéder à une analyse rétrospective du FAARF durant ces dernières années, afin de mesurer ses acquis et insuffisances et lui permettre de contribuer davantage à la gestion efficace et efficiente des ressources destinées à l’octroi des crédits aux femmes.

« Sous le leadership de madame la ministre de la femme, nous avons fait une étude d’impact, qui a montré que le FAARF a réellement transformé des vies au Burkina Faso. C’est plus de 115 milliards qui ont été octroyés à plus de 2 millions de femmes sur tout le territoire du Burkina. Le FAARF travaille dans plus de 4517 villages et est présent dans toutes les provinces » a expliqué la directrice générale du FAARF, Dorcas Tiendrébéogo.

Concernant la suite, la directrice du FAARF a confié avoir déjà pris des dispositions pour l’amélioration des conditions d’accès aux crédits. « Le défi du FAARF est de continuer à aller dans tous les villages du Burkina pour que les femmes sachent ce que le gouvernement a mis en place pour elles.

Un autre défi c’est de continuer dans la digitalisation. Nous avons un défi sécuritaire présentement mais le FAARF continue d’exercer. Nous voulons donc digitaliser nos moyens de financement pour pouvoir aller plus vite et avoir une traçabilité. La digitalisation permettra aux femmes se trouvant dans des zones reculées, d’avoir les crédits pas en cash mais à travers le ‘’Mobile Banking’’ ; ce qui nous amènera à être plus efficaces », a ajouté plus loin Dorcas Tiendrébéogo.


La ministre de la femme, à travers sa représentante, Fati Ouédraogo, a saisi l’occasion pour inviter les travailleurs du FAARF à continuer d’être proche des populations féminines pour leur insuffler l’espoir de l’indépendance économique.

Elle a terminé ses propos en souhaitant une pleine et fructueuse existence au FAARF afin que ses actions continuent à impacter la croissance économique du Burkina. Cette cérémonie a également été une nuit de reconnaissance.

En effet, tous les anciens agents du FAARF ainsi que les 03 anciennes directrices ont vu leurs efforts récompensés. Des trophées leur ont été attribués pour leur dire merci pour les efforts consentis pour l’édification de cette institution de financement. Le ministère en charge de l’économie a lui aussi reçu une distinction honorifique pour l’engagement pris pour aider les femmes à travers la mise en disposition de crédit.

Flora KARAMBIRI
Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page