CSC : 16 médias autorisés à exploiter leurs fréquences

Le paysage médiatique burkinabè s’agrandit et se consolide avec 9 nouvelles radios et la régularisation de 7 autres médias. Les signatures de conventions ont lieu ce mardi 28 décembre 2021 au Conseil Supérieur de la Communication (CSC).

La suite après cette publicité

Ce sont 8 radios communales, 1 institutionnelle qui ont procédé à la signature de convention avec le Conseil Supérieur de la Communication pour l’exploitation des fréquences qui leur sont attribuées. 4 télés et 3 radios dont les conventions sont arrivées à échéances ont vu elles aussi leur contrat renouvelé avec l’institution.

Pour le vice-président du Conseil, Abdoulazize Bamago, c’est le signe que le secteur de médias est viable et intéressant pour les promoteurs. Les nouvelles signatures viennent élargir les espaces de libertés et  offre des opportunités de promotion sociale et de la démocratie dans le pays.

A ceux qui renouvellent le contrat, a-t-il laissé entendre, « C’est dire que le travail que vous avez fait durant ce temps est d’une qualité appréciable, ce qui a convaincu le  CSC de renouveler les conventions ». 

Parmi les nouvelles autorisations figure la radio studio école de l’ISTIC pour laquelle, selon son directeur général, Zoumana Traoré, cet acte vient compléter le dispositif de formation.

« Pour nous, signer une convention pour pouvoir exploiter la fréquence qu’on a demandée, c’est compléter nos dispositifs de formation. On peut avoir la fréquence, on a les équipements, nos studios mais il faut les ressources humaines, c’est pour cela que nous pensions que c’est important dans nos formations qu’on est un dispositif radios qui permet aux étudiants de pratiquer avant d’aller sur le terrain », a-t-il expliqué

Les bénéficiaires n’ont pas manqué de remercier l’instance de régulation pour son travail d’accompagnement. Cependant, le Vice-président du Conseil saisi l’occasion pour leur rappeler leurs devoirs et responsabilités vis-à-vis de cet acte.

« Ces fréquences qui sont mis à vos dispositions, c’est à vous que le CSC a attribué ces fréquences. Pas à quelqu’un d’autre. Cela signifie que, premièrement, vous êtes entièrement responsables de tout ce qui  sera diffusé sur vos chaines. Deuxièmement, vous ne pouvez pas céder ça à quelqu’un d’autre », dit-il, car poursuit-il, « on a vu des structures de communes qui, face à la difficulté de gestion de  la radio, ont voulu céder la radio à une tierce personne,  ça  ne peut pas se faire. Si vous êtes dans une situation difficile… Vous devez venir remettre au CSC son bien », a-t-il conseillé, afin que le CSC ne réattribue la fréquence à un autre demandeur.

Pour finir, il a insisté auprès des différents promoteurs sur la nécessité d’enregistrer les documents qui viennent d’être signés auprès des services des Impôts de leur localité pour parachever le processus.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page