Burkina Faso : Des artistes engagés se prononcent sur le coup d’Etat

Quelques artistes engagés se sont exprimés sur le coup d’Etat au Burkina Faso. 

La suite après cette publicité

L’évènement du 24 janvier 2022 du Burkina Faso a engendré la scission du peuple en deux camps, ceux qui soutiennent le coup d’Etat et ceux qui le condamnent. Déjà, à la date du lundi 25 janvier 2022, nombreux se sont rassemblés du côté de la place de la Nation pour apporter leur soutien aux militaires.

Pour l’artiste ZMO, ce coup d’Etat s’inscrit « dans une bonne logique du moment où l’ex Président Roch Marc Christian Kaboré malgré le soutien de tous n’arrivait plus à gérer le pays ».  Il invite donc les militaires à mettre de l’ordre partout où il faut.

« Les Burkinabè ont beau soutenu le président Roch, mais rien n’a changé. Chaque jour ce sont des jeunes qui meurent partout. Je pense que les militaires doivent d’abord garder le pouvoir. Ils doivent par la suite penser à protéger le peuple burkinabè contre le terrorisme, grouiller à ce que tous les déplacés internes regagnent leurs domiciles respectifs avant de parler d’élection »,  a-t-il souhaité.

L’artiste reggaeman Ras Simposh, de son avis soutient que ce coup d’Etat est la bienvenue. Selon lui, les failles du président Roch Marc Christian Kaboré étaient de trop, il était donc temps qu’il libère le pouvoir.

« C’est un coup d’Etat salutaire. Le président Roch sous l’emprise terroriste s’est déplacé lui-même à Accra et s’est chargé de la lecture des sanctions bidons et irréfléchies de la CEDEAO contre le Mali voisin, nageant dans une situation similaire que traverse le Burkina… A cela s’ajoutent les coupures intempestives de l’internet à ces millions de Burkinabè. C’est décevant qu’un gouvernement dise haut et fort qu’il n’est pas obligé de donner des explications au peuple », a-t-il regretté.

Il  termine ses propos en félicitant les nouveaux hommes forts du pays et les invite à travailler pour sortir le Burkina Faso du gouffre. « Quant au nouveau, je le félicite pour son courage et son apport à la nation. Je souhaite qu’il soit le salut et le sauveur du Burkina Faso. Que la justice, le pardon et la réconciliation soient l’une de ses premières pierres pour l’intérêt supérieur de la nation », a voulu Ras Simposh.

« Moi je m’aligne du côté du peuple. Si la majorité salue le coup d’Etat, moi je m’aligne derrière », a lancé l’artiste slameur Majesty La Parole. Aussi appelé l’homme qui parle en parabole, Majesty La Parole pense que ce coup d’Etat est un combat entre la légitimité et la légalité.

« Légalement, les coups d’Etat sont interdits, pourtant légitimement si le président élu ne fait pas l’affaire du peuple donc c’est légitime que les militaires prennent leurs responsabilités. Le pays vraiment est dans une crise chronique avec le nombre de déplacés, le nombre d’attaques et la vie chère qui vient s’ajouter, le pays était arrivé à un niveau où l’avenir était incertain. Moi je félicite l’initiative des militaires qui ont pris leurs responsabilités. Je ne suis pas avec eux en tant que tel, parce que moi je n’ai jamais fait confiance aux Hommes qui sont au pouvoir, la plupart il faut attendre voir ce qu’il va faire d’abord.

Moi mon combat c’est contre le système néocolonial qui nous maintient toujours dans la misère, le système impérialiste imposé par la France. Mon combat  c’est contre le système et non contre les individus… S’ils sont là vraiment pour changer tout le système qui nous a créé tous ces malheurs donc je suis avec eux, mais dans le cas contraire, le combat continu », a précisé l’homme qui parle en parabole.

Joint au téléphone, l’artiste rappeur burkinabè, Frère Malkom a quant à lui déclaré qu’il ignorait ce qui se passait donc difficile pour lui de se prononcer sur la question. « Bon, je ne peux pas m’exprimer, moi-même, je ne sais pas ce qui se passe. Pour donner des mots, il faut être au courant de ce qui se passe. Comme personne n’a les vraies nouvelles, et que les nouvelles autorités n’ont pas encore dit un mot, on ne peut pas se prononcer », a laissé entendre l’ex-membre du groupe Faso Kombat.

Même son de cloche pour l’auteur de l’album Odyssée. Mieux, il décide de rester sous silence  et va rompre le silence quand viendra l’heure. « Je préfère rester loin de tout commentaire actuellement. Quand viendra le moment de m’exprimer, je vais m’exprimer sinon pour l’heure je m’abstiens de tout propos », a conclu l’artiste Smarty.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page