Société civile au Burkina Faso : Nouvelle Ethique (NETH) pour une alternance générationnelle apaisée

Une nouvelle organisation de la société civile s’est présentée à la presse ce jeudi 14 avril 2022 à Ouagadougou. Elle se dénomme Nouvelle Ethique (NETH). Elle se donne pour mission de travailler pour une alternance générationnelle apaisée. Les géniteurs de celle-ci se sont à la même occasion prononcés sur la situation de transition en cours au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Réunir tous les Burkinabè autour d’un esprit de transition, de transhumance, d’alternance générationnelle est la mission que s’est fixée la Nouvelle Ethique (NETH). Selon ses premiers responsables, leur organisation existe, il y a quelques années déjà.

De l’avis de son porte-parole Thierry Uthman Nabyouré, la NETH veut « ramener les Burkinabè à l’essentiel : construire le Burkina Faso de demain, mais construire le Burkina avec éthique et une nouvelle moralité ». 

A l’écouter, l’avènement du Mouvement Patriotique pour le salut et la restauration (MPSR) a fait renaître le débat sur la nécessité d’une transition et par la même occasion, une alternance générationnelle à la tête de l’Etat.

« Désormais, les populations réclament avec plus de vigueur, une réconciliation entre les générations mais aussi et surtout un changement générationnel à la tête de nos institutions. Les jeunes et vieux souhaitent que soit placée une génération en osmose avec les aspirations nouvelles d’une Afrique qui change et surtout d’un Burkina véritablement indépendant », a déclaré Thierry Uthman Nabyouré.

Thierry Uthman Nabyouré
Thierry Uthman Nabyouré, président de la NETH

Contribution de la population dans les prises de décisions

Réagissant sur la situation que traverse le « Pays des Hommes intègres », il a laissé entendre que le coup d’Etat et la prise du pouvoir par le MPSR a entrainé le pays dans divers horizons dans la quête de nouvelles perspectives.

« De mémoire, il s’agit d’une première fois que nous avons eu cette possibilité là pour tous les Burkinabè d’apporter une contribution, de donner des avis, de dire voici comment je voudrais que le pays soit dirigé sous une transition (…). 

 Les gens ont largement eu le temps de contribuer bien avant les assises, mais à travers les comités qui ont été mis en place pour écouter tout le monde. Des choses ont été contestées, mais il faut remarquer que les choses sont en train d’aller bon train et tout le monde est entré dans le bain », a-t-il ajouté.

Les recommandations

Aux nouvelles autorités, les membres de la NETH suggèrent que la construction de la nation  se fasse sur les bases d’une attente réciproque entre les différents acteurs et les concitoyens, en agissant ensemble pour la refondation de l’Etat.

Par ailleurs, les membres de cette nouvelle organisation de la société civile appellent à la réconciliation et à l’union sacrée des fils et filles du Burkina avec leurs amis et partenaires d’une part. Et d’autre part, ils encouragent la cohésion entre les forces de défense et de sécurité.

Quelques membres de le NETH

En somme, les membres de la NETH  sont pour une transition qui protège « inconditionnellement », au service de la nation. Ainsi, ils exhortent les nouvelles autorités à « une transition qui s’éloigne de la passion politique, une transition loin des erreurs de la transition écoulée, une transition axée sur les résultats de la question sécuritaire ».

Thierry Uthman Nabyouré a rebondi aussi sur la situation sécuritaire dont il invite chaque Burkinabè à s’investir pour un retour véritable  de la paix. « Aujourd’hui, c’est normal que vous entendiez parler de cette dégradation, parce qu’il y a des communications qui rament à contre-courant et il est nécessaire pour nous tous de combattre cela.

Il faut que nous tous, nous nous mettons dans le bain de la sécurisation du territoire. Il ne s’agit pas d’une dizaine ou de quelques militaires qui ont pris le pouvoir. Il s’agit de nous tous », a-t-il émis comme souhait.

Aminata Catherine SANOU  

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Bonjour,
    L’une des plaies purulentes du BURKINA est ses OSC qui ne sont que des nouvelles boutiques d’amalgames vendant des illusions pour avoir part au gâteau étatique.
    Les burkinabé sont des surdoués du positionnement pour des intérêts strictement personnels.
    Mon pays est déchiqueté par des loups déguisé en agneaux!
    Le nouveau bussiness au Faso c’est maintenant OSC, oh OSC!
    Aidez-moi à composer une chanson!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page