Hubert Velud à la tête des Etalons : Les avis partagés à Ouagadougou

Après l’examen des 64 dossiers de 19 nationalités différentes, la commission chargée de la détection du nouveau sélectionneur des Etalons a porté son choix sur Hubert Velud de nationalité française, titulaire d’une licence UEFA. Dans la ville de Ouagadougou que nous avons un tant soit peu sillonnée, les langues se délient quant au choix porté sur le Français.

La suite après cette publicité

Ce vendredi 22 avril 2022, la Fédération Burkinabè de Football (FBF) a annoncé avoir retenu le Français Hubert Velud pour diriger le 11 national qui jusqu’ici était sous la coupe d’une équipe intérimaire dirigée par le national Oscar Barro. Une décision qui intervient à quelques pas des éliminatoires de la CAN Côte d’Ivoire 2023.

Comment est-ce que cette décision est accueillie  dans la ville de Ouagadougou ?

Un choix qui ne fait pas l’unanimité dans les artères de la ville de Ouagadougou que nous avons sillonnée pour recueillir les avis des riverains.

En effet pour bon nombre de jeunes qui ont accepté se prêter à nos micros, ce choix est purement une façon de dire « que le Burkina Faso n’a pas confiance à ses nationaux », à l’image de Narcisse Dabiré, architecte à la fonction publique, qui dit regretter le choix.

« Je n’ai rien contre le fait de prendre  des étrangers pour occuper des fonctions au Burkina. Mais je pense que c’était bien de sonder d’abord au niveau national pour voir s’il n’y avait pas des capacités et compétences pour jouer certains rôles avant d’aller voir ailleurs.

D’ailleurs avec le parcours de Kamou Malo à la CAN 2021, je pense que c’est injuste de le juger sur son dernier match qui a porté préjudice sur toute sa compétition. Moi j’ai beaucoup confiance aux entraîneurs nationaux car ils peuvent faire le même travail que ceux qui viennent d’autres pays, sauf qu’ils ne sont pas traités sur un pied d’égalité », dit-il.

François Kabré

Une lecture de la situation  partagée par un  jeune confectionneur de briques dans les parages de la zone ZACA  de Ouagadougou. Âgé d’environ de 25 ans, François pense également que le choix devait être porté sur les nationaux même s’il reconnait que souvent les internationaux arrivent à faire du bon travail.

« Si et seulement si, c’était un Burkinabè qu’ils avaient choisi, cela allait beaucoup me faire plaisir. Nous sommes aussi capables d’envoyer cette coupe au Faso surtout avec cette bonne équipe que nous avons, pourquoi aller voir ailleurs ? Néanmoins on le soutient, et s’il arrivait à ramener ce trophée, pour une première fois au Burkina, il sera un héros national », souhaite le jeune commerçant.

De l’autre côté de la rue, aux environs du marché de « Oscar Yar » de Ouagadougou, le choix de la FBF est par contre salué par certains citoyens. « C’est un très bon choix. Je pense que c’est dû à l’incapacité des entraîneurs nationaux qui les a poussés à aller voir ailleurs. Sinon s’ils en étaient capables, je ne vois pas pourquoi ils iront voir dans un autre pays pour choisir un sélectionneur.

Tout ce que nous pouvons faire maintenant c’est de prier pour qu’il réussisse dans sa mission. Pour le moment, comme on le connait pas d’abord, c’est difficile pour nous d’estimer sa capacité. Mais on attend les éliminatoires de la CAN, pour pouvoir avoir un mot à dire sur cela », lâche Omar Ouédraogo, gestionnaire d’un espace de recharge de crédits téléphoniques.

Brahma Sessouma, fonctionnaire au ministère en charge de l’éducation nationale, quant à lui va plus loin en disant  accueillir la nouvelle avec joie. Cela martèle-t-il, d’abord du fait que les Etalons soient depuis un certain temps sans entraîneur et du fait que les matchs éliminatoires soient déjà à la porte de l’équipe.

Brahma Sessouma

« Déjà avec Kamou Malo personnellement, ce n’est pas les résultats de la CAN que je regarde, mais quand je regarde le jeu produit par les Etalons, je ne trouvais pas que les Etalons étaient placés en fonction du jeu que l’équipe produisait.

Il manquait une certaine cohésion, une certaine fluidité dans le jeu qu’il produisait. Kamou Malo, c’est vrai que c’était sa première expérience, mais peut-être qu’ils étaient à bout de souffle et il n’avait plus les idées pour créer plus que ce qu’il avait déjà fait.

L’espoir pour moi avec cet entraîneur, ce n’est pas le court terme qu’il faut viser. D’abord, c’est avoir une équipe, chercher à assoir une équipe pour le futur lointain et pourquoi pas, espérer aller en coupe du monde dans les années à venir », exprime Sessouma.

Lire aussi: 👉🏻 Ce qu’il faut savoir de Hubert Velud, nouveau sélectionneur des Etalons

En rappel, le Français Hubert Velud, âgé de 62 ans, comptabilise à son actif un titre sur le continent africain dont un titre de champion d’Algérie, une coupe de la Confédération Africaine de Football, une super coupe CAF et un autre titre de champion en RD Congo.

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page