Kémi Séba au Président Damiba : « Ne redonnez pas le pouvoir aux Français »

Sonner l’éclat de la mobilisation des fils et filles du Burkina Faso autour d’une prise de conscience contre le néocolonianisme est la raison évoquée par le célèbre activiste Kémi Séba pour fouler le sol burkinabè ce samedi 14 mai 2022. A l’occasion, l’activiste s’est attardé sur la question des relations France-Afrique, et annoncé une marche contre « l’impérialisme » ce samedi 21 mai 2022 à la place de la révolution.

La suite après cette publicité

Attendu depuis 14h, c’est finalement aux alentours de 17h que l’activiste Kemi Seba a fait son entrée dans la mythique salle de la maison du peuple pour échanger avec la jeunesse burkinabè.

« L’Afrique ou la mort nous vaincrons » ont été les premières paroles de Séba qui entend par là raisonner ou prêcher contre les relations France-Afrique qu’il considère d’ailleurs comme une relation « d’impérialisme ».

« On n’est pas obligés de s’aimer tous, mais lorsque nous avons un adversaire commun, il faille que nous nous unissions contre lui. Actuellement le seul ennemi qui faille que nous nous réunissons c’est la France. Mobilisons-nous, nous devons secouer les esprits. Chère Ambassade de France, votre présence sur les sol burkinabè et africains est finie », a lancé l’activiste.

A l’occasion il a appelé les nouvelles autorités à écouter les désirs de changement de partenariat du peuple. « Cher président Damiba, c’est la même chose que j’ai dite à Goïta et Doumbouya, vous êtes arrivés au pouvoir parce que vous avez été choisis par le peuple Si vous voulez réussir ce mandat, nous demandons de libérer les frères emprisonnés. 

Tant que les militaires iront dans le sens du peuple, nous allons les accompagner et ce sens, c’est contre l’impérialisme français. Nous vous observons, nous vous accompagnons. Cher président, ne faites pas l’erreur de Roch Marc Christian Kaboré. Nous vous faisons confiance pour l’instant, ne redonnez pas le pouvoir aux Français », a-t-il rappelé.

Il faut noter Kémi Séba est sur le sol burkinabè pour plusieurs jours et entend organiser une marche pour le combat qu’il dit mener. « Mon rôle c’est d’organiser la révolution partout. On doit être clair, je ne ferais pas les choses à votre place.

Avant tout autre partenariat, il va falloir que nous-mêmes, nous puissions nous préparer car notre salut repose sur nous. Je ne combats pas les Français mais l’impérialisme français. La Russie a démontré par ses actions sa capacité. Ce samedi (21 mai 2022) à 14h, sortez nombreux à la place de la révolution pour chasser la France », a martelé Kémi Séba.

Avant le meeting, l’activiste a mis à la porte une journaliste de TV5 Monde, car s’est-il « justifié, « je ne fais pas confiance à la France impérialiste ».  Mais après cette expulsion, plusieurs journalistes burkinabè ont dénoncé une atteinte à la liberté de la presse, cette consœur étant d’ailleurs Franco-Burkinabè.

Certains ont tout simplement appelé au boycott des activités de Kémi Séba. Les organisateurs du meeting, de leur côté, ont tenu à informer que ce n’est pas la personne journaliste qui a été expulsée, mais plutôt le média qu’elle représente.

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Kémi Séba au Président Damiba : « Ne redonnez pas le pouvoir aux Français »
    Qui finance les ambitions politiques de Kémi Séba ?
    Les Russes qui veulent à tout prix virer la France de l’Afrique pour s’y installer,
    comme il l’ont fait en Crimée, en Georgie et maintenant en Ukraine ?
    Comme me l’a souligné un ami Congolais :
    « Mieux vaut discuter avec un diable que l’on connaît, qu’avec un diable que l’on ne connaît pas ».
    Surtout quand on ne parle pas la même langue…
    Bien affectueusement avec le Burkina Faso.
    William

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page