Transition au Burkina Faso : « Son Excellence Paul-Henri Sandaogo Damiba doit réussir » (Moctar Diallo)

Les membres et sympathisants du Mouvement de la Garde du Faso (MGF) ont réagi par voie de presse sur l’actualité qui prévaut actuellement au Pays des Hommes intègres. Ils n’ont pas manqué d’afficher leur soutien à la transition en place. C’était ce samedi 2 juillet 2022, à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Les membres du Mouvement de la Garde du Faso (MGF) exposant sur la situation nationale ont tenu à afficher sans faux-fuyant leur soutien à la transition. Pour démontrer leur bonne foi, Moctar Diallo président du MGF a déclaré que « son Excellence Paul-Henri Sandaogo Damiba doit réussir. La transition doit réussir sa mission ». Il a insisté sur le fait  qu’« un éventuel échec du président Damiba et de la transition portera un grand préjudice au développement du Burkina Faso ».

Pour lui, la réussite de cette mission passe par l’accord de violons des fils et filles du pays afin d’accompagner la transition pour une sortie de crise. En vue d’une sortie de crise, les membres du MGF ont réaffirmé leur confiance aux FDS et aux VDP pour le professionnalisme mis dans leurs interventions sur le terrain.

Moctar Diallo a d’ailleurs laissé entendre que depuis la prise du pouvoir par le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), certes l’insécurité demeure, mais des efforts sont faits  pour le retour de la sécurité. Pour lui, cela devrait contribuer à établir la confiance auprès des populations.

Moctar Diallo, président du MGF
Moctar Diallo, président du MGF

« Sur le plan humanitaire, nous voyons et saluons les efforts du gouvernement à travers ses différentes structures d’action sociale sur le terrain notamment la prise en charge de façon diligente des PDI. Le réconfort moral, psychologique, sanitaire et social est d’autant plus important que les PDI se doivent d’avoir confiance aux gouvernants actuels pour le travail abattu afin de leur permettre de regagner leurs villages dans la quiétude », a-t-il apprécié.

La fuite des informations

Cependant, malgré les efforts énoncés par les membres du MGF, ils ont soutenu être réalistes et reconnaissent que le gouvernement fait preuve de beaucoup défaillances en rapport avec la gestion  de certaines questions.

Pour ce qui est des failles, ils ont souligné qu’elles s’étalent sur plusieurs aspects. L’une d’elles, c’est la mauvaise gestion de la communication. A cet effet, Moctar Diallo a conseillé le gouvernement de  recadrer sa communication afin que ses interventions soient cohérentes à tout point de vue.

« Nous assistons à des fuites d’informations et ou des déclarations qui ne facilitent pas la communication et reflètent un certain malaise quant à la cohésion entre civils et militaires », a-t-il déploré.

Outre cet aspect, les membres du MGF ont manifesté le souhait d’une meilleure gestion des questions de justice et de la bonne gouvernance ; d’une meilleure appréhension sur les questions de la cohésion sociale, mais aussi et surtout une bonne ouverture sur les questions de la réconciliation et du dialogue.

« Nous voulons voir les différentes communautés ethniques et religieuses de la nation se parler franchement et crever l’abcès sur notre vivre ensemble. Pour cela, nous encourageons le ministre en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale à poursuivre et multiplier ses concertations mais surtout à se départir de tout clanisme », a suggéré Moctar Diallo.

Il convient de préciser que le Mouvement de la Garde du Faso (MGF) est une association qui se veut apolitique et née en mars 2022. Le mouvement milite pour un retour à la paix, pour la citoyenneté et pour le sens du patriotisme au Burkina Faso.

Aminata Catherine SANOU          

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page