Rencontre convoquée par Damiba : Le Mouvement Le Faso, Ma Patrie regrette « cette attitude du Président KABORE »

Ceci est une déclaration du Mouvement Le Faso, Ma Patrie sur la situation nationale.   

C’est avec attention que le Mouvement Le Faso, Ma Patrie (MFP) a suivi l’actualité politique autour de la rencontre de haut niveau voulue par le Président du Faso, son Excellence Monsieur Paul Henri Sandaogo DAMIBA, avec les anciens Chefs d’État pour échanger sur la situation de la Nation en général et sur le processus de la réconciliation nationale en particulier.

La suite après cette publicité

Le Mouvement Le Faso, Ma Patrie apprécie l’initiative au regard de la gravité de la crise sécuritaire et humanitaire qui commande à notre peuple l’impératif d’une union sacrée nonobstant les divergences idéologiques et politiques qui caractérisent notre vivre-ensemble.

Lire également 👉Burkina : « Le MPSR est le vecteur de la paix » (Honoré Samandoulougou)

C’est fort de cette volonté d’union sacrée que le Président du Faso Paul Henri Sandaogo DAMIBA a décidé de cette rencontre inédite dans l’intérêt supérieur de la Nation. Elle est organisée dans le but requérir les contributions de l’ensemble des anciens Chefs d’État et de donner un coup d’accélérateur au processus de la réconciliation afin d’impulser dans un esprit de synergie, une réponse alternative et efficace à la crise sécuritaire.

Mais force est de constater que c’est en ce moment précis que certains burkinabè, aux desseins inavoués, ont choisi de faire obstacle à cette rencontre, en empêchant l’ex-Président Roch Marc Christian KABORE de sortir de son domicile et d’appeler les autres présidents à s’abstenir de cette occasion qui pourrait être le point névralgique de la victoire de notre pays contre l’hydre terroriste. Fort heureusement, l’ex-Président Roch Marc Christian KABORE, dans sa déclaration à rappeler à l’ensemble des burkinabè la nécessité de l’unité nationale et réaffirmer son attachement, en tant qu’ancien chef d’État, au processus de réconciliation nationale que lui-même avait entrepris.

Toutefois, le MFP s’inquiète tout de même de l’attitude de l’ex-Président KABORE qui dans sa même déclaration a affiché son incapacité à assumer son leadership face à ses partisans mobilisés pour l’empêcher de prendre part à la rencontre. Finalement, on pourrait se demander comment a-t-il pu se laisser manipuler par des femmes et hommes sans vision et que la sagesse commanderait en sa qualité d’ancien président, de leur enseigner les valeurs de patriotisme, de discipline, de respect des libertés individuelles et collectives, principe fondamental de la démocratie.

Lire aussi 👉Crise humanitaire : « Les menaces de la CEDEAO démontrent à souhait son insouciance » (Lucien Zié)

Le MFP regrette profondément cette attitude du Président KABORE. Comme à son habitude, il a préféré fuir ses responsabilités pour se cacher derrière des pseudo arguments du genre « on m’a empêché de prendre part à la rencontre… » que de s’assumer à l’image de Ghandi, un partisan de la non-violence et de la paix pour qui « Colère et intolérance sont les ennemis d’une bonne compréhension ». C’est bien dommage que le Président Roch, ait royalement ignoré les vertus du dialogue et de la tolérance dans ce contexte difficile de notre pays et raté cette occasion pour se faire mieux apprécier.

Alors, que voulez-vous qu’on retienne de la gouvernance de Monsieur Roch Marc Christian KABORE en tant qu’ancien président civil ? A chacun sa réponse ! Mais à l’évidence, la crise sécuritaire avec les attaques terroristes à profusion constituent une réponse plausible.

Le Comble, c’est qu’il masque toujours sa personnalité derrière son visage débonnaire et son refus d’opérer un choix judicieux avec discernement afin de convaincre ses partisans sur l’urgence de désarmer les cœurs et d’instaurer un dialogue fécond entre les différents acteurs de la vie politique nationale ainsi que sur la nécessité de s’unir autour du Président DAMIBA pour sauver l’essentiel à savoir la Nation.

Il vous souviendra que durant les 27 ans de gestion du pouvoir COMPAORE Monsieur KABORE a été comptable des actifs et des passifs du régime parce qu’ayant été Ministre, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale pendant 10 ans. Alors, qui mieux que lui devrait œuvrer au succès de cette rencontre, initiée par ce jeune Président qui a l’âge de son fils.

Le Président DAMIBA a ainsi offert une occasion sur un plateau d’or aux anciens Chefs d’Etat burkinabè de poser un acte courageux, symbolique et rassembleur. La réussite de cette rencontre devait sonner comme le début d’une cohésion sociale retrouvée nécessaire à la lutte contre le terroriste.

C’est pour ce faire, le MFP appelle, à cette occasion, l’ensemble des jeunes maintenus sous le joug de certains hommes politiques qui appellent de tous leurs vœux l’échec du processus de la transition, à un esprit patriotique de discernement à la réflexion sur ce qui doit être la responsabilité de chaque Burkinabè car nous devons tous chercher le meilleur pour notre pays.

Le MFP appelle également les amis du Burkina Faso et tous les citoyens burkinabè à œuvrer à la construction de la Nation, notre héritage commun. La situation que notre pays traverse suffit à convaincre chaque burkinabè à dépassionner le débat et à l’objectiver aux fins de rechercher des solutions pour en sortir. Sinon…le tribunal de l’histoire nous jugera tous !

Dieu protège le Burkina Faso !

Coordonnateur national

Richard Ouango

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page