L’association Yiikri lance à Ziniaré le « Projet de soutiens aux initiatives des femmes et des jeunes filles déplacées internes de la province de l’Oubritenga

Le mercredi 13 juillet 2022 s’est tenu à la salle de réunionde la maison de la femme de Ziniaré, l’atelier de lancement du « Projet de soutiens aux initiatives des femmes et des jeunes filles déplacées internes de la province de l’Oubritenga ». Prévu être exécuté dans 03 communes de la province, l’acte solennel de ce top départ a été donné par le Haut-commissaire.

La suite après cette publicité

Depuis 2015 le Burkina Faso fait face à une crise socio-sécuritaire sans précédent. La recrudescence des attaques terroristes dans plusieurs localités du pays a contribué à l’exacerbation des conditions de vie déjà très difficiles des populations touchées.

Au-devant la scène des personnes les plus vulnérables face à cette situation, se trouvent les personnes déplacées internes (PDI) notamment les femmes et les jeunes filles. Etant au centre des exactions des groupes terroristes, ces dernières voient malheureusement leur situation humanitaire s’empirer, une fois sur les sites d’accueil où elles font face à des conditions de vie très misérables.

C’est en vue de faciliter leur insertion sociale une fois sur les sites d’accueil et en vue de les aider à s’auto suffire que ledit projet a été initié par l’Association Yiikri au profit des PDI des communes de Ziniaré, de Nagréongo et de Loumbila

Tout est parti d’un constat qui est la situation sécuritaire

Pour la Présidente de l’Association Yiikri, Bibata SINARE, la décision de mettre en œuvre un tel projet  a pris forme à partir d’un constat, qui n’est rien d’autre que la situation sécuritaire. Puisque, selon elle, la situation a entrainé de nombreux déplacés dont plus de 2/3 sont des femmes. Malheureusement, une fois sur les sites d’accueil elles manquent du minimum vital, d’où la nécessité d’initier un projet à leur égard.

Bibata SINARE, Présidente de l'Association Yiikri
Bibata SINARE, Présidente de l’Association Yiikri

C’est l’expérience et la qualité de l’exécution du premier volet du projet qui a milité à la faveur de ce second financement.

La Chargée de la mise en œuvre du Projet PISCCA à l’Ambassade de France, Irène KABORE a quant à elle fait comprendre que le projet fait suite à un premier qui avait été exécuté courant 2021.

C’est cette première réussite et surtout l’expérience et la qualité de l’exécution du premier volet du projet qui a milité à la faveur de ce second financement, puisque plus de 300 projets étaient en compétition et Yiikri a tout de même été retenue au regard des résultats très probants sur le terrain.

Elle a par  ailleurs rassuré d’aller exprimer le besoin d’extension du projet sur l’ensemble des 07 communes que compose la province au regard des arrivées massives des PDI dû à la dégradation de la situation sécuritaire des derniers mois.

Irène KABORE, Chargée de la mise en œuvre du projet PISCCA
Irène KABORE, Chargée de la mise en œuvre du projet PISCCA

Je salue la nouvelle démarche entreprise par l’Association Yiikri, qui consiste apprendre à pêcher au lieu de donner du poisson.

Présidant la cérémonie, le haut-commissaire de la province de l’Oubritenga, M. Kuilga Albert Zongo, a félicité l’Association Yiikri, qui grâce à la réussite de la première phase du projet a encore mérité la confiance des bailleurs de fonds. Il a surtout salué une nouvelle démarche de la structure qui consiste apprendre à pêcher au lieu de donner du poisson. Car dit-il, l’on a l’habitude de croiser sur le terrain des associations qui s’attèlent plus à distribuer des vivres aux PDI, alors que les besoins de ces dernières étant divers, les outiller en formations, afin qu’elles puissent s’auto employer leur serait plus utile.

M. Albert Kuilga ZONGO, Haut-commissaire de la Province de l'oubritenga
M. Albert Kuilga ZONGO, Haut-commissaire de la Province de l’oubritenga 

Il a aussi exhorté l’association a travaillé en synergie d’action avec les autres acteurs intervenant dans les mêmes domaines, de sorte à ce que les actions qui seront posées profitent au plus grand nombre. Tout en appelant les différents bénéficiaires à faire siennes les différentes activités qui seront bientôt menées, il a formulé le vœu de voir Yiikri étendre ses actions dans toutes les sept communes que compte sa province.

Le projet dont la clôture est prévue pour décembre 2022 vise à former 200 femmes et jeunes filles déplacées internes, dans divers métiers tels que la transformation des produits forestiers non ligneux, la saponification, l’élevage, l’éducation financière et la gestion des coopératives...

D’un montant de plus 48 millions, le projet est financé par le Fond PISCCA à plus de 40 millions avec une contribution de l’Association Yiikri de plus de 08 millions. Il sera mis en œuvre dans 03 communes que sont Ziniaré, Nagréongo et Loumbila.

Bambingnélé P. OUEDRAOGO de PLURI’COM BURKINA 

Pour Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page