Communiqué de presse : La Marche Mondiale des Femmes gagne son procès contre le REPSFECO-BF

Le TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE OUAGA II a déclaré illégale, en sa séance du 17 Mai 2022, l’Assemblée Générale Extraordinaire du Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’espace CEDEAO, antenne nationale du Burkina Faso (REPSFECO-BF). Une AG convoquée d’autorité par sa présidente, Fatimata Ouilma Sinaré et tenue le 19 juin 2021 à Ouagadougou en violation des textes de loi qui régissent la vie de la structure. Cette décision de justice ayant rendu les conclusions de l’AG extraordinaire nulles et de nul effet, est assortie d’une exécution immédiate et rétablit ainsi Bintou Dao et Salamata Konaté Sidibé dans leurs fonctions respectives de Trésorière Générale et de Secrétaire Générale du réseau, relevées toutes deux de leurs fonctions à l’issue de l’AG extraordinaire.

La suite après cette publicité

En rappel, le REPSFECO-BF a été établi entre les organisations œuvrant dans les domaines de la promotion de l’égalité de genre, la paix et la sécurité, sous le leadership de la Marche Mondiale des Femmes / Action Nationale du Burkina Faso (MMF/ANBF) qui en assure le Point Focal.

Fait à Ouagadougou le 15 juillet 2022

 

                                                                                             Madame Dao M. Bintou 

Présidente de la Marche Mondiale des Femmes /

Action Nationale du Burkina Faso

👉🏾Télécharger le communiqué ici

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page