Action humanitaire : Les tisseuses du Burkina témoignent leur solidarité aux déplacés internes de Pabré

La fédération nationale des tisseuses du Burkina Faso laisse parler son cœur. Ce mardi 19 juillet 2022, elle a volé au secours des déplacés internes ayant trouvé gîte et couvert à Pabré, en leur offrant des vivres et des vêtements.   

La suite après cette publicité

L’initiative est lancée en janvier 2022 par la présidente de la fédération nationale des tisseuses du Burkina de collecter auprès de toutes les tisseuses des 13 régions la somme de 1 000 F CFA par tisseuse afin d’offrir des vivres et des effets d’habillement aux déplacés internes. Cette initiative que la présidente de la fédération des tisseuses du Burkina, Justine Kafando, a baptisée « effort de guerre », trouve alors un écho favorable auprès des autres tisseuses.

A l’arrivée, presque un million et demi est collecté. « C’est avec cet argent que nous avons acheté deux tonnes de riz, 13 cartons de savons de 40 boules chacun, 100 couvertures à laine, 4 sacs de 200 pagnes de faso danfani tout neuf, 18 sacs de tenues de femme, 2 sacs tenues homme et un sac tenues enfant », se félicite la présidente de la fédération des tisseuses du Burkina.

Lire également 👉Pabré : Des déplacés internes originaires de Pobé-Mengao reçoivent de l’aide

« Moi j’ai dit aux femmes, vous voyez en temps de situations difficiles comme ça, chacun donne son opinion mais il faut poser des actes. Et des actes, il faut faire des efforts de guerre », résume Justine Kafando pour qui ce don constitue « un geste symbolique qui nous vient  droit du cœur », pour dit-elle, « donner à nos frères et sœurs qui ont été chassés de leurs régions ».

fédération nationale des tisseuses du Burkina Faso l

Selon dame Justine Kafando, au lieu d’être toujours à la télévision en train de critiquer, il faut poser des actes. Et elle se réjouit que ses collègues tisseuses aient épousé son idée.  « Les femmes ont compris et c’est pour cela que nous sommes là aujourd’hui, toutes contentes d’apporter notre contribution à cet effort de guerre », poursuit-elle.

Très émue de la misère que vivent les déplacés sur place, Justine Kafando a supplié les autres Burkinabè à être beaucoup plus solidaires avec toutes les personnes ayant fui leurs villages du fait des attaques terroristes.

« Nous demandons aussi à nos autres sœurs et même aux hommes de faire la même chose. Vous voyez quand chacun amène quelque chose, nous allons vaincre cette guerre qui nous terrorise des quatre coins du Burkina », se convainc-t-elle.

Jules César KABORE

Burkina  24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page