Forces armées nationales : Du sang neuf pour poursuivre le combat !

Après deux ans de formation, la 13e promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA) a fait sa sortie ce vendredi 22 juillet 2022. Il sont au total 67 personnes dont 65 garçons et deux filles. Cette promotion a été baptisée « Résilience » avec comme parrain le Colonel major, Jean Baptiste Parkouda. 

La suite après cette publicité

Entamé depuis le 26 décembre 2020, à l’issue d’un concours national de recrutement direct, le cycle de formation 2020-2022 de la 13e promotion est arrivé aujourd’hui à son terme. Deux ans durant les 67 stagiaires ont bénéficié d’un programme de formation multidisciplinaire intégrant une gamme complète de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être qui les rendent aptes à remplir les fonctions dévolues aux jeunes sergents.

Ce vendredi 22 juillet 2022, ils ont été déclarés aptes à porter le grade de Sergent. Bakary Traoré, délégué de promotion, a fait savoir qu’ils ont été instruits, entre autres, au tir de combat, à l’informatique, à la natation, au secourisme, à un stage de moniteur de mise en œuvre des explosifs et contre les engins explosifs improvisés. « La 13e promotion est prête à servir là où le devoir l’appellera », a-t-il confirmé.

13e promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA)

Au regard de la situation nationale marquée par des attaques, Alban Michel Ouédraogo, le Commandant de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA), a indiqué que l’encadrement a été revu pour être en phase avec les réalités du terrain.

Egalement, il a indiqué que les stagiaires ont acquis des connaissances et des aptitudes dans plusieurs domaines à savoir une formation au comportement militaire, à la mission opérationnelle, formation physique militaire et sportive, formation à l’environnement administrative.

Lire également 👉Forces armées nationales : Les « Persévérants » de la 12e promotion de l’ENSOA prêts à servir

 « A l’issue de ce parcours ponctué d’épreuves d’évaluations, les 67 élèves sous-officiers d’active ont passé l’examen final avec succès et ont tous obtenu des moyennes satisfaisantes. Au regard de ces résultats obtenus, de leur bon comportement d’ensemble durant la formation, le commandement de l’école a estimé que les 67 élèves sous-officiers d’active sont dès à présent aptes à l’emploi de sous-officiers », a affirmé le Commandant de l’ENSOA.

Aussi, il a révélé que  les moyennes sont de 16,364 pour la plus forte et la plus faible 12,020 soit une moyenne générale de 14, 119 sur 20.

Le chef d’Etat-major de l’armée de terre, le colonel Adam Néré, a rappelé que cette filière directe vise principalement à doter de cadres sous-officiers jeunes ayant un bon niveau d’instruction et une bonne condition physique leur permettant de répondre aux exigences de plus en plus complexes du métier d’armes.

« Epine dorsale de la chaine de commandement, la valeur de nos forces armées est en grande partie tributaire de la qualité des chefs et plus particulièrement, des gradés de proximité, des sous-officiers», a-t-il précisé.

13e promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA)

Cette cérémonie de sortie de promotion était présidée par le ministre de la défense et des anciens combattants, le Général de Brigade, Aimé Barthélémy Simporé.

Il a souligné que cette cuvée permet aux forces armées de bénéficier du « sang neuf » pour permettre de poursuivre les missions opérationnelles notamment celle qui concerne la lutte contre le terrorisme. En plus, il est revenu sur le nom de baptême qui est « Résilience ».

…nous devons donc nous battre chaque jour.

« La résilience, tout le monde comprend que dans le contexte que nous vivons les maitres-mots c’est résistance et résilience. Résilience parce que nous sommes condamnés à nous adapter à cette nouvelle situation où la menace terroriste nous compromet notre marche vers le développement contre laquelle nous devons donc nous battre chaque jour. 

Non seulement ceux qui portent les armes et aussi l’ensemble des composantes de la Nation. Résilience parce que nous sommes effectivement depuis 7 ans confrontés à cette menace. La meilleure posture à avoir face à cette menace c’est de construire un modèle de résilience d’adaptation et de développement de capacité permettant de mettre fin à cette violence terroriste », a-t-il lancé.

En rappel, cette 13e promotion a connu la participation des pays comme la république de Côte d’Ivoire, du Togo, du Mali, du Niger, de la Centrafrique , du Tchad et du Sénégal.

Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page