Burkina Faso : L’état de la gouvernance en 2021 en examen pour validation

Le Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale tient un atelier national de validation du projet de rapport sur l’état de la gouvernance au Burkina Faso en 2021, ce jeudi 28 juillet 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Pour capitaliser les efforts en matière de bonne gouvernance, le Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale à travers le Secrétariat permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, produit chaque année un rapport sur l’état de la gouvernance dans le but de faire une analyse de la situation nationale en matière de gouvernance.

Le projet de rapport l’année 2021 élaboré dans ce cadre en juin 2022 avec la participation des différents acteurs a concerné la gouvernance démocratique, sécuritaire, administrative, économique, locale, selon les propos du ministre de la fonction publique par la voix de Hamidou Sawadogo, secrétaire général dudit ministère. 

Au cours du présent atelier, les acteurs de la gouvernance auront donc à examiner, tout en émettant des critiques et suggestions sur le rapport de 2021 afin de rendre disponible une version validée du rapport sur l’état de la gouvernance au Burkina Faso.

« La subvention de la presse autour de 400 millions de FCFA »

Le rapport provisoire présente des points de satisfaction, selon Etienne Kaboré, secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance. « Au plan de la gouvernance démocratique, nous pouvons noter l’ouverture des tribunaux de grande instance de Pô et de Ouaga II pour rapprocher la justice des justiciables.

 Nous pouvons également noter l’ouverture des audiences des pôles spécialisés en matière économique, mais également en matière terroriste. Ces audiences ont pu connaitre 64 dossiers de crime économique et 4 dossiers de terrorisme. 

En matière de gouvernance administrative, nous avons fait des efforts pour dématérialiser un certain nombre de procédures dans le but de faciliter l’accès aux services publics par les usagers. Nous avons également noté la subvention de la presse autour de 400 millions de FCFA.

En matière de gouvernance économique, nous avons noté l’adoption du PNDES II, le Plan Stratégique de lutte contre la corruption, etc. En matière de développement local, un important effort a été fait en matière de financement des collectivités territoriales », a-t-il fait savoir.

Etienne Kaboré, secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance

Cependant, la mise en œuvre du budget programme sur le plan économique, la mise en œuvre des conseils de discipline, la fourniture du service local, le renforcement de la redevabilité au niveau local restent entre autres des points à améliorer, selon Etienne Kaboré.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page