L’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC)-section du Burkina relance ses activités

Dans le cadre de la relance de ses activités et de la célébration en différé de la Journée panafricaine des femmes célébrée chaque 31 juillet, l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC)-section du Burkina a tenu une conférence le samedi 06 août 2022 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

« Historique, enjeux et défis d’une organisation professionnelle de femmes dans le secteur des médias et de la communication au Burkina Faso ». Tel est le thème de la conférence voulue par l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC)-section du Burkina afin de relancer officiellement ses activités et célébrer la Journée panafricaine des femmes.

Béatrice Damiba.
Béatrice Damiba, Journaliste et présidente de l’Association Convergence.

Béatrice Damiba, Journaliste et présidente de l’Association Convergence en a été l’animatrice principale pendant que Dr Jocelyne/Boussari a joué le rôle de modératrice. Pour l’ancienne ministre et ancienne présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC), Béatrice Damiba, il s’est plutôt agi « d’une causerie avec nos jeunes sœurs, nos filles et nos petites filles pour certaines dans le cadre de la famille de l’information et de la communication au féminin.

Et en particulier, de faire un rappel historique de l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC) et un rappel de ses objectifs », a-t-elle fait savoir. En termes d’objectifs statutaires de l’association, « travailler à la promotion d’une meilleure image de la femme ; travailler à l’accès des femmes et des filles dans les métiers de l’information et de la communication ; travailler à donner plus d’informations », a-t-elle cité parmi tant d’autres.

Il a aussi été question, a-t-elle en outre dit, de parler des enjeux et défis de l’heure à savoir « la démocratie, les libertés en général, la liberté d’expression et la liberté de la presse en particulier ; c’est le développement du pays aussi bien social, économique, politique, etc. à la condition qu’il y ait la sécurité et la paix », a-t-elle indiqué.

Des interpellations n’ont pas manqué à l’endroit de la jeune génération. « Nous avons interpellé les filles, les femmes professionnelles de la communication à œuvrer pour contribuer au mieux à relever ces défis et à s’intéresser particulièrement à leurs sœurs, leurs mères dans les campagnes, les villes, entreprises qui vivent des problèmes.

Aussi qu’elles doivent garder à l’idée de bien se comporter pour se faire respecter, se faire honorer pour maintenir leur dignité », a déclaré Béatrice Damiba. Des contributions, il y en a eu également. Et de ces dernières, il est ressorti de façon générale que les femmes sont de plus en plus nombreuses et qu’il faut le plus souvent penser ‘’Genre’’ certes, mais que l’on doive mettre un point d’honneur à la qualité dans le travail, au professionnalisme.

Tambi Serge Pacôme Zongo

Burkina 24

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page